Quelques paradoxes sur la santé

Publié le par Elie Arié

Une enquête européenne réalisée il y a quelques années indiquait que c’étaient les Français qui étaient les plus mal informés en matière de biologie humaine et de santé publique ; c’est sans doute là le principal obstacle au développement d’une politique de santé un peu moins irrationnelle.

Le rôle des politiques serait grandement facilité s’ils avaient (et si les politiques avaient aussi…) quelques notions de base en ce domaine.

Quelques exemples, en vrac :

De combien augmenterait l’espérance de vie des Français si plus personne ne mourait de cancer ? La réponse est…12 mois ( les cancéreux meurent en moyenne cinq ans plus tôt que le reste de la population, 20 % de la population meurt de cancer, donc : 12 mois).

La prévention ne fait que reculer notre mort, mais elle n’induit pas d’économies, car ceux qui ne sont pas morts jeunes vivraient plus vieux et seraient alors atteints de maladie de la dégénérescence qui coûtent plus cher qu’un cancer du poumon : si tout le monde cessait brusquement de fumer, cela coûterait très cher à
la Sécu

La
médecine n’est pas la santé et la santé n’est pas la médecine : cette dernière réduit les souffrances de tous, mais elle est aujourd’hui impuissante à traiter, par exemple, les conséquences de l’obésité, de l’alcoolisme, des maladies dégénératives.

Les croyances sur les bienfaits de l’éducation à la santé sont trop optimistes : quel est le fumeur qui ignore que « Fumer tue » ? Tous s’arrêtent-ils de fumer pour autant ?

Tous les phénomènes ne sont pas réversibles : manger trop rend obèse, manger moins ne suffit pas toujours à faire maigrir.

En matière de prévention , à des questions comme pourquoi fume-t-on ?, pourquoi boit-on trop d’alcool ?on préfère toujours l’explication psychologique à l’explication socio-économique.

L’OMS a une définition utopiste de la santé : « Etat de bien être complet physique, psychologique et social », qui confine à la définition de l’ « imbécile heureux », comme si on pouvait vivre sans angoisse ; il faut lui préférer la définition opérationnelle : nombre d’années de vie sans handicap.

Le but de la vie n’est pas de vivre le plus longtemps possible, mais le mieux possible.

« C’est le dose qui fait le poison » (Paracelse, XV è siècle) ; dire « cette substance est toxique » n’a aucun sens si on ne précise pas à quelle dose, et en combien de temps elle est éliminée.

Le discours écologiste sur la santé est totalement incohérent :

-seule serait grave la pollution industrielle, et pas la pollution naturelle : le pollen tue chaque année un certain nombre d’asthmatiques dans les grandes villes, mais personne ne propose d’y abattre les arbres;

-les maisons trop bien isolées favorisent le développement des acariens et des maladies allergiques.

-les nitrates ne sont pas dangereux pour l’homme.

-la principale source de radiations à laquelle est exposé l’organisme humain reste les radiations naturelles (rayons cosmiques, granit comme en Bretagne), qui n'ont pas empêché le développement tout à fait normal de la vie.

 

 

Elie Arié

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

marc d HERE 08/11/2007 11:02

Le nombre de tués sur les routes a baissé de 20,7% en octobre 2007 par rapport au même mois de 2006 (348 morts contre 439), selon Jean-Louis Borloo, ministre de l'Ecologie chargé de la sécurité routière. (Avec AFP).Ca aussi c'est important.....Quand on se souvient ce qu'était la mortalité sur les routes du temps de Jospin et des socialistes.....Le double!.....Mais lutter contre la mortalité sur les routes n'était pas jugé très bon électoralement....alors on laissait les morts s'ajouter aux morts.......Sans gagner les élections pour autant. Il y a une justice! 

Frednetick 11/10/2006 12:07

"Tous les phénomènes ne sont pas réversibles : manger trop rend obèse, manger moins ne suffit pas toujours à faire maigrir"???? vraiment ? d'un point de vue biologique pourtant le fait de réduire l'apport calorique a un niveau inférieur au métabolisme de base entraine nécessairement l'utilisation des ressources stockées et donc de facto leur diminution..en général cela entraine la perte de poids..."les maisons trop bien isolées favorisent le développement des acariens et des maladies allergiques"> c'est pour cela que l'on conseille aussi l'aeration des maisons par méthode naturelle et non par climatisation"la principale source de radiations à laquelle est exposé l’organisme humain reste les radiations naturelles (rayons cosmiques, granit comme en Bretagne), qui n'ont pas empêché le développement tout à fait normal de la vie"> c'est le principe des seuils. On peut tres bien vivre avec un niveau de rayonnement "normal et naturel" mais si l'on ajoute a cela l'émission d'autres rayonnements cela peut faire dépasser les seuils de nocivité.. "seule serait grave la pollution industrielle, et pas la pollution naturelle : le pollen tue chaque année un certain nombre d’asthmatiques dans les grandes villes, mais personne ne propose d’y abattre les arbres"> peut etre parcequ'en plus d'émettre des pollen (tous ne sont pas allergisants) ils absorbent une partie du CO2 émis par les industrie et les véhicules, non?

Daumont Jean 20/06/2006 11:03

   Il y a effectivement beaucoup à dire sur "la santé en France"... La seule "politique" valable est d'informer correctement les Français et de les laisser prendre en conséquence librement leurs responsabilités... Ce n'est certainement pas le chemin qui est suivi en supprimant le remboursement de nombreux médicaments - sous le prétexte fallacieux de "médecine de confort" - uniquement pour réduire le déficit , de toutes façons insondable - de la Sécurité Sociale...