Europe et société civile ( 3)

Publié le par Gilbert Veyret

Nous poursuivons la publication du long article de Gilbert Veyret , que nous avons divisé en 5 parties, ajourd'hui la partie 3.

Une vie associative dynamique tend à se substituer à l’engagement politique et syndical

 

Notre pays traditionnellement individualiste n’a pas une expérience de vie associative aussi grande que d’autres pays, notamment anglo-saxons. La Révolution de 1789 s’est d’ailleurs faite, en grande partie, contre les corps intermédiaires supposés réduire la liberté d’expression des citoyens, en réalité pour laisser libre champ au pouvoir jacobin naissant. Mais la montée de besoins croissants, inassouvis par les pouvoirs publics a suscité la création d’un très grand nombre d’associations, souvent animées par d’anciens militants déçus par l’action politique ou syndicale. La décentralisation et les diverses politiques de la ville ont pu susciter le développement d’une véritable démocratie de proximité. Elle est renforcée par le nombre croissant de jeunes retraités, de femmes au foyer soucieuses d’engagement social, de jeunes engagés dans l’animation sportive ou culturelle qui changent progressivement le paysage du militantisme, désormais moins idéologique, plus concret et plus proche des besoins quotidiens exprimés par les citoyens.

 

Une quantité croissante de problèmes, sociaux, culturels, éducatifs, d’animation du tissu local ne trouvent de solution qu’en partenariat avec des associations, parfois même grâce à l’intervention des seules ONG. L’acteur de terrain est désormais principalement le militant associatif. De multiples associations essaient de collecter des fonds, d’organiser des bénévoles pour couvrir un champ de plus en plus vaste d’actions sociales, éducatives,  humanitaires qui échappent aux interventions publiques habituelles.

 

Aide alimentaire, éducation sanitaire, soutien scolaire et lutte contre l‘illettrisme, accompagnement de personnes âgées, animation de jeunes en déshérence, assistance aux mal logés, parrainages et aides à la recherche d’emplois, à la création d’activités, défense des droits fondamentaux…; il n’est pas de mois sans que se constituent ou se démultiplient des structures tentant de remédier à cette fracture du  social, objet de tant de discours politiques. Elles comblent des vides béants de l’action publique, même si la décentralisation a permis (en tous cas devrait permettre) de rapprocher les politiques sociales de leurs bénéficiaires. Des jumelages de communes françaises et de pays en développement, des associations de volontaires pour des actions de coopération regroupent de quelques dizaines à plusieurs milliers d’acteurs de terrain et de donateurs.

 

A titre d’exemple une association d’intervenants bénévoles retraités comme AGIR[1] qui regroupe plus de 4.000 adhérents, avait été créée, il y a une vingtaine d’années pour des missions humanitaires outre mer. Désormais 80¨% de ses actions se font en France, avec une progression de 32% entre 2004 et 2005, souvent à la demande des pouvoirs publics qui ont besoin de ces appuis bénévoles expérimentés, notamment pour lutter contre l‘illettrisme, en renfort de l’éducation nationale, l’assistance sanitaire et sociale ou pour aider à la protection judiciaire de la jeunesse, au-delà de l‘action policière ou judiciaire.

 

Les départs en retraite, particulièrement précoces en France, fournissent un grand nombre de volontaires qui essaient de transposer dans le bénévolat le professionnalisme qu’ils pratiquaient dans leur carrière.

 

A l‘opposé de la pyramide des âges, de jeunes animateurs parviennent, avec des moyens très limités à regrouper des jeunes des cités pour prendre en main l’animation de leur quartier, au-delà ou en accompagnement des nombreuses politiques publiques successives de la ville. Leur rôle ne peut aller qu’en grandissant au fur et à mesure que des pans entiers de politiques publiques devront être abandonnés, faute de moyens.

 

Cette montée en puissance du bénévolat, des fondations et de diverses formes d’ONG en France ne fait que suivre avec une quinzaine d’années d’écart, ce qui s’est passé aux Etats-Unis. Les services publics, au sens strict, y avaient déjà déserté certains quartiers, abandonné des politiques sociales, avant même que la droite conservatrice actuellement au pouvoir, ne généralise et théorise ces démissions.

 

Des groupes privés, dotés de moyens importants se sont constitués à partir de leurs idéaux religieux ou philanthropiques, aidés par une fiscalité américaine très favorable aux fondations privées, pour se substituer aux politiques publiques défaillantes.

 

Ils couvrent des domaines très vastes et notamment le logement social, l’aide sanitaire, éducative. Ils ne sont pas exempts de prosélytisme, mais sont nécessairement acceptés comme étant souvent plus efficaces que les aides publiques.

 

Ainsi il est probable qu’une part importante de la réhabilitation des quartiers les plus populaires de la Nouvelle Orléans , ravagés par le cyclone, soit prise en charge par des associations locales. La paupérisation des politiques publiques, au moment où de nouvelles formes de militantisme associatif ou simplement de mauvaise conscience sociale se développent  devrait amener, en France aussi, pays réputé individualiste, cette substitution du bénévolat et des financements privés.

 



[1]              Association générale des intervenants retraités

 

Publié dans Société

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Marc d Héré 07/03/2006 14:59

En partie je crois, mais il me semble que cela reste très partiel et corrrespond plutôt à du saupoudrage, voire à du clientélisme souvent , plutôt qu'à une prise en charge par la société civile (et donc avec l'abandon correspondant de l'Etat)  de tâches de solidarité ...
marc

Charles ANDRE 07/03/2006 13:39

Les fondations doivent être soutenues. Dans ce sens, je tiens à relayer une proposition audacieuse du sénateur Marini : que les asujettis à l'ISF puissent décider d'attribuer une partie de cet impôt à une fondation oeuvrant dans un domaine d'intérêt général.Ceci améliorerait le "consentement à l'impôt"....

Charles ANDRE 07/03/2006 13:34

N'est-ce pas déjà la fonction remplie par les associations d'utilité publique?

Marc d Héré 07/03/2006 13:00

Deux remarques rapides:
Un des axes de réflexion et de travail pour IES ne pourrait-il pas être la recherche des moyens concrets  permettant le développement  des associations et l'efficacité de leur action.
A l'évidence l'Etat est incapable , pour des raisons de coût, de statut, de rigidité, de motivation, de réaliser certaines tâches à vocation sociale, culturelle, environnementale. Au delà des initiatives que de multiples  associations prennent, ne peut-on pas en quelque sorte officialiser,   institutionnaliser l'action  des associations dans ces domaines?  Reconnaître que certains types d'actions collectives seront prises en charge par la société civile et par des associations librement constituées.....En contrepartie, diminuer les charges de personnel et de fonctionnement que l'Etat consacrait -mal mais de manière couteuse - à ces activités... 
marc