identité nationale, identité européenne: rêves et cauchemars

Publié le par Gilles NORROY

Ségolène Royal a célébré à sa manière le 50 ° anniversaire de la constitution européenne en proposant que dans chaque famille on trouve une place pour un drapeau tricolore. On comprend l’intention de ne pas laisser le patriotisme à l’extrême droite mais de là à tomber dans le cocardier il y a un pas qu’elle a franchi avec allégresse. Après la famille et la valeur travail voici maintenant la patrie, voilà qui aurait fait plaisir à son regretté père.

C’est donc de très mauvaise humeur que je me suis endormi samedi soir…

 

……..Nous étions le 22 septembre 2008, jour de l’anniversaire de Madame la Présidente. Jack Lang, le ministre chargé de l’identité nationale,  fort de son expérience dans le cirage des chaussures présidentielles et de son talent à organiser des embouteillages dans Paris, avait proposé de faire de ce jour la fête du drapeau. Chaque maison ou appartement devait arborer l’étendard tricolore. Julien Dray à la tête du Comité National des Jurys Populaires veillait à l’application de cette mesure. Il pouvait s’appuyer sur une force de 200 000  jeunes emplois tremplins organisés en comité de quartier, facilement reconnaissables à leurs bérets basques, Par provocation j’avais orné la fenêtre de mon pavillon d’un drapeau européen. Je fus tiré de mon sommeil par des coups redoublés à ma porte «  jurys populaires, ouvrez ! »…..

 

Bien sûr ce n’était qu’un cauchemar car nous n’étions que le 25 mars 2007.

Heureusement ce jour était celui de la fête de l’Europe organisé par l’association  « Confrontations Europe » et c’est encore sous le charme de  l’hymne à la joie des cœurs du 13° que je trouvais le soir même un sommeil réparateur.

 

Je fis alors un autre rêve, nous étions en 2008. Le nouveau chef de l’état avait annoncé que le 9 mai journée de l’Europe serait jour férié comme dans les autres pays en lieu et place du 11 novembre. Des manifestations sportives et culturelles inter-eureopéennes rassemblaient des publics considérables. Dans son allocution, le chef de l’état avait précisé qu’il supprimait également le défilé militaire du 14 juillet, voulant mettre fin à une tradition que la France était la dernière à partager avec la Corée du Nord….

 

Comme le chantait Jacques Brel «  rêvez un impossible rêve »..

 

Gilles NORROY

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

yann 28/03/2007 15:41

A travers SR (non pas Socialisme et République mais Ségolène ROYAL) c'est le discours souverainiste de CHEVENEMENT,  que nous sert le parti socialiste.
 

L'amour de la patrie et de la République célébré dans le drapeau tricolore symbole de l'unité nationale, c'est beau mais ça sent un peu la naphtaline des hussards noirs de la 3ème République.
 

Je suis d'accord avec BAYROU pour insister davantage sur les valeurs de la République et s'interroger sur leur mise en oeuvre concrète : comment concilie-t-on la liberté et l'égalité ? C'est ce débat là qui est fructueux.
 

Au lieu de glorifier notre devise et les autres symboles de notre République, il vaudrait peut être mieux s'interroger sur les modalités de l'approfondissement de ses valeurs qui font notre fierté.
 

La gauche française se croit toujours l'héritière de
la grande Révolution
qui a vu la France guider les peuples d'Europe vers leur émancipation à travers la revendication d'une souveraineté construite sur le principe de l'identité nationale.
 

Il ne faudrait pas oublier que c'est au nom de l'unité nationale que le principe d'une unicité culturelle abstraite a été imposé par l'Etat français au détriment des identités professionnelles, régionales ou religieuses.
 

Si les Français avaient la chance de cultiver une pluralité d'identités, ils seraient sans doute moins crispés sur cette question de l'identité nationale.
 

Je crains que ce culte cocardier de l'identité nationale  ne renforce notre illusion collective d'une singularité française si exceptionnelle qu'elle nous permettrait de nous affranchir des règles qui fonctionnent en Europe et dans le monde partout ailleurs... et justifierait notre condescendance à l'égard de nos partenaires européens.
 

Hier, le mythe de l'exception française a conduit au rejet du TCE, lequel paralyse durablement la construction européenne, et demain vers quel nouveau naufrage nous mènera-t-il ?   
 

marc d HERE 28/03/2007 10:33

Nous attendons des réactions de la candidate et du PS à la nuit d'émeute, gare du Nord à Paris........

marc d HERE 28/03/2007 10:28

Le problème avec la candidate PS c'est qu'elle part dans tous les sens.....Sa campagne n'a aucune cohérence, aucune ligne directrice et c'est cela qui fait que c'est, typiquement, une candidate inquiétante.....On ne sait pas bien ce qu'elle veut faire, quels sont ses objectifs, ses positions......
Elle vient encore sur un point essentiel, celui des sans papiers de se contredire gravement. Elle déclare qu'il faut  REGULARISER TOUS LES SANS PAPIERS QUI ONT DES ENFANTS SCOLARISES.....et elle le confirme....puis quelques heures plus tard, devant l'absurdité de sa proposition, elle en revient à la proposition de Sarkozy: régularisation AU CAS PAR CAS, la scolarisation (PROLONGEE) des enfants n'étant qu'un  des élements à prendre en compte........
Un peu de cohérence et de sérieux......alors l'histoire du drapeau à la fenêtre !.....ce n'est qu'un gadget de plus....
 

Fred Coste 27/03/2007 12:36

On peut être patriote français et très pro-européen. "La fin de l'histoire" dixit certains historiens, nous promettait un monde harmonieux avec comme horizon, la démocratie dans tous les coins du globe. C'est sur ce sophisme que, malheureusement, se base l'idée européenne véhiculée majoritairement par des cercles élitistes progressistes. Attribuer à la démocratie  cette  vue  salvatrice, c'est à nouveau tomber dans le travers qui vise à ne pas chercher de solutions, prétendant être la solution en elle-même. Or, la solution démocratique, vue dans l'idée européenne comme une fin en soi, n'a pas prévu la montée des identités, ni la déliquescence du lien social et du besoin d'appartenance qui en résulte. 
Si vous suivez les débats sur ce thème, vous vous apercevrez que le post-nationalisme est une illusion.
L'idée européenne, vivement souhaitable, doit sans doute être redéfinie sur cette base là
 

marc d HERE 27/03/2007 11:17

Je trouve le nouveau slogan de Royal " La France Présidente", assez gênant.......par le côté chevènementiste , ignrant - au mieux- l'Europe, mais aussi par cette volonté de s'affirmer comme seule  vraie représentante de la France....Difficile à avaler...