S'abonner au blog d'IES

Publié le par marc dHERE

Un  court entr acte entre deux articles, chers amis,  pour  inciter ceux d'entre vous  qui ne sont pas encore  abonnés à ce blog, à le faire.

C'est très simple, évidemment gratuit ,  et cela vous permettra   d'être informé de chaque nouvel article publié.

Comment faire? Inscrire votre adresse mail dans la case  "s' abonner"  à gauche de la page d'accueil.  Puis confirmez votre  inscription sur la page qui appatraîtra. Vous recevrez alors à votre adresse mail un message vous demandant de confirmer à nouveau en cliquant sur ICI.....

Merci à vous.

Publié dans IES

Commenter cet article

marc d HERE 25/03/2007 14:25

Merci à  ceux qui ont répondu à cet appel et se sont abonnés, ces derniers jours au blog d'IES.... Merci à ceux qui continueront à le faire....
Nous ferons en sorte  de ne pas les décevoir...
 

Fred Coste 20/03/2007 18:04

Un colloque très prestigieux !!!
Il aura lieu à l'Ens d'Ulm :
Jeudi 22 mars, à 20h,

Salle Dussane,Ecole Normale Supérieure45 rue d'Ulm75005 Paris«Crise de la représentation et Invention démocratique»Conférence-débat avec :- Antonio Negri- Pierre Manent- Bruno Bernardi- Bernard ManinEn cette année richement électorale, Pollens vous propose une séance de réflexion politique sur notre démocratie autour de philosophes prestigieux.Entre ceux qui liraient avec espoir la montée de l'abstentionnisme et des votes protestataires, comme signe d'une révolte sourde contre une aristocratie politique qui ne voudrait pas dire son nom, et ceux qui y verraient plus pessimistement le signe d'un affaissement des conditions de possibilité rendant viable notre démocratie, un constat s'impose : la crise de la représentation devra être dépassée pour construire une démocratie viable et adaptée à la réalité du XXIème siècle, une démocratie que certains veulent participative, qui devra redonner au peuple si ce n'est la parole tout du moins la confiance en ses représentants. La crise de la représentation appelle donc peut-être l'invention démocratique... L'interrogation, en tout cas, est de mise.