Bayrou ou l'obligation du positif

Publié le par marc dHERE

La progression continue dans les sondages de François Bayrou, met en évidence le piège qu’il tend aux deux principaux candidats, par son positionnement équidistant de l’une et de l’autre. Nicolas Sarkozy et Ségolène Royal sont trop éloignés l’un de l’autre si ce n’est sur le fond, du moins sur l’échiquier politique pour bénéficier directement d’un affaiblissement de l’autre. Dans tous les cas, au contraire cela profite au candidat de l’UDF.

 

 

 

         Que Ségolène Royal critique efficacement Nicolas Sarkozy et les électeurs qui, convaincus par ces critiques, abandonnent celui-ci ne vont pas jusqu’à elle, trop opposée,  mais s’arrêtent à Bayrou……Quand Sarkozy trouve des arguments propres à déstabiliser sa concurrente, les électeurs qui la quittent ne vont pas rejoindre Sarkozy pour qui ils ont souvent un sentiment de totale hostilité, mais viennent grossir les rangs des soutiens de Bayrou. Ainsi les attaques que se portent les deux favoris profitent avec une régularité implacable à leur ennemi commun.

 

 

 

         Alors les deux compères ont trouvé une autre  solution, porter leurs critiques directement sur Bayrou, ce qu’ils se sont mis à faire…. sans succès notable. En effet ces attaques conjointes font apparaître Bayrou comme une victime –ce dont il sait jouer à merveille – et parce qu’elles le mettent au centre des interventions, le valorisent…..Et, avec la même régularité  il  progresse encore….

 

 

 

         Reste une solution pour Ségolène Royal et Nicolas Sarkozy.  Ne plus lancer d’attaques ni contre Bayrou ni contre l’autre « favori » mais être enfin  positif, s’adresser aux Français,  présenter les grandes lignes de leurs programmes, indiquer quels seraient les axes de  leur politique et les principales mesures,  fixer leurs priorités….. Alors après avoir été un piège pour les deux  principaux candidats, la progression de Bayrou leur donnerait  une dernière  chance  de faire enfin  la campagne que les Français attendent.

  Marc d’Héré     

 

Commenter cet article

Alain Nérot 09/03/2007 15:19

Depuis la campagne de rené Dumont en1974 j'ai toujours voté pour un candidat écologiste au premier tour, mais cette fois je pense voter Bayrou car c'est une opportunité unique de sortir du balancier.
Le fait que ni Giscard ni Simone Weill ne lui apportent leur soutien est un bon point  pour lui, ça prouve que ce n'est pas un UDF de la vieille école!
cordialement Alain

JAULIN 09/03/2007 12:10

Je connais un peu l'UDF de l'intérieur et il est vrai, comme le dit Marc, que je n'y ai pas trouvé la sensibilité "sociale-libérale" que j'attendais. Beaucoup de socialistes tendance DSK ont probablement rejoins le camp de FB depuis ces derniers mois par réaction contre Ségolène mais ils me semblent plus porteurs du "ne changez rien" que d'un véritable projet de réforme de l'Etat.
Certes, il reste les "centristes historiques" et, à cet égard, le soutien de Simone Weil à FB m'interpelle.
D'un point de vue tactique, nous devrions comme le dit Jo soutenir FB pour son positionnement, mais pour quelle majorité demain ?
D'où l'importance, comme le soulignait Marc récemment, des élections législatives et de la confrontation des projets...
A bientôt pour en reparler sur Caen
Gérard Jaulin

marc d HERE 09/03/2007 09:09

Quand on entend Simone Veil dire Bayrou ne représente pas le centre.......ça intrigue et ça fait réfléchir.....On peut penser qu'elle sait de quoi elle parle.....

APHEX 09/03/2007 03:03

Parceque liberaux rime moto...
 
http://bikers-liberaux.over-blog.com/

Jacques Heurtault 09/03/2007 01:08

Je crois bien que je vais voter Bayrou ... Comme en 2002!