Pourquoi je ne soutiens pas aveuglément Ségolène Royal

Publié le par Yann Gratesac

Comment peut-on assumer une identité réformiste, au centre-gauche de l'échiquier politique, sans pour autant  soutenir la candidature de Ségolène ROYAL alors qu'au sein du Parti socialiste et autour de lui, toutes les forces politiques classiques de la gauche démocratique du Mouvement Républicain et Citoyen de JP CHEVENEMENT au PRG de JM BAYLET et Christine TAUBIRA se sont ralliées à cette candidature ?

 

 

 

Telle semble être la question essentielle qui taraude un certain nombre des lecteurs de ce blog.

 

 

 

Est-ce seulement par goût de la différenciation ou de la provocation ? Je ne le crois pas.

 

 

 

Il y a à l'origine de la création d'Initiative Européenne et Sociale une réflexion sur l'échec du Parti socialiste et plus largement de la gauche au pouvoir.

 

 

 

Echec patent qui s'est traduit électoralement par la déroute de Lionel JOSPIN à l'élection présidentielle de 2002.

 

 

 

Je suis convaincu que cet échec si brutal provient du profond décalage qui existe entre le discours radical du Parti socialiste assis sur une vision historicisée du monde et de la société façonnée par des luttes sociales et une idéologie marxisante d'un autre âge et une pratique de gouvernement souvent beaucoup plus libérale que sociale.

 

 

 

Il est à noter que même DSK écrivait dans le discours de lancement de sa campagne à l'investiture socialiste ("Changer la gauche pour changer la France" ALFORTVILLE le 4 octobre 2006) ces lignes qui semblent d'un autre temps : "L'économie de marché n'est pas ce que nous préférerions. Nous préférerions quelque chose de plus solidaire". Avant, toutefois, de tempérer son propos par la conclusion suivante : "Mais nous ne savons pas faire marcher autre chose que cette économie là."

 

 

 

Cette nostalgie avouée ou feinte de DSK pour un système économique plus généreux mais imaginaire m'avait particulièrement surprise. Je l'avais mise sur le compte de la gauchisation de son discours pour cause de campagne interne. Non seulement ce fut inefficace dans la compétition interne au PS mais pire cela contribue à la confusion idéologique qui paralyse le Parti socialiste.

 

 

 

A cet égard, la gauche bien pensante du Parti socialiste qui pourfend toute dérive libérale du PS devrait s'interroger sur les derniers sondages qui placent Nicolas SARKOZY en tête des intentions de vote dans l'électorat populaire.

 

 

 

Est-ce seulement le fruit d'un tapage médiatique et d'une manipulation des esprits due à l'habileté du Ministre de l'Intérieur ou bien est-ce là aussi le reflet de l'impuissance du Parti socialiste à tenir un discours crédible sur le monde et sur la situation des Français mêmes les plus modestes autrement qu'à travers un discours de défense catégoriel emprunté à la CGT ou à FO.

 

 

 

Je ne suis pas sûr que la proposition de François HOLLANDE consistant à augmenter l'impôt sur le revenu des riches qui gagnent plus de 4.000 euros par mois et qui contribue à opposer une partie de la France à une autre soit électoralement payante... Outre que le Parti socialiste continue à prôner une augmentation de la dépense publique et s'arc-boute sur la défense de certains acquis sociaux aujourd'hui injustifiés (retraites généralisées à 55 ans dans certains régimes spéciaux) plus jamais il n'évoque l'augmentation exponentielle de la dette publique et des déficits des régimes d'assurances sociales...

 

 

 

Or demain comme hier il sera difficile de préserver une politique publique et sociale ambitieuse sans se soucier des moyens de la financer et donc de la compétitivité de notre économie.

 

 

 

Cette affirmation de bon sens ressemble pourtant à une grossièreté si elle conduit à s'interroger sur le projet économique de la candidate socialiste.

 

 

 

Aux yeux de certains, en effet, point n'est besoin de faire tant de "chi-chi" il faut serrer les rangs derrière Ségolène ROYAL le doigt sur la couture du pantalon car seule importe non pas tant sa victoire que la défaite de son principal adversaire.

 

 

 

Je ne pense pas que l'on puisse fonder utilement son vote sur un slogan qui pourrait être "Tout sauf SARKOZY" (1) comme le Parti socialiste nous y invite à nouveau comme à son habitude (Rappelez-vous en 1986 la campagne sur le thème du loup RPR avec ce slogan profond "Au secours la droite revient"). Mais je pense même que soutenir une telle idée c'est à nouveau aller droit à l'échec...

 

 

 

Ou bien Ségolène ROYAL gagne en parvenant à emporter la conviction qu'elle peut impulser le changement et remettre la France en ordre (plus ou moins juste) de marche tout en maintenant une cohésion sociale qui s'effiloche, ou bien elle gagne en menant campagne sur le culte du statu quo et du rejet des réformes prônées par son adversaire de l'UMP dans le droit fil des victoires électorales acquises par le PS en 2004.

 

 

 

Dans le second cas le bateau ivre sur lequel la candidate socialiste se sera embarquée risque bien de l'emporter dans la tourmente.

 

 

 

Dans un tel cas de figure je pense aujourd'hui comme hier qu'une défaite honorable de la gauche démocratique battue sur le terrain des idées serait préférable à une victoire électorale acquise à l'issue de promesses démagogiques nécessairement sans lendemain...

 

 

 

Il ne reste que quelques semaines à la candidate socialiste pour nous dire sur quel chemin elle souhaite nous emmener avec elle si jamais elle était élue.

 

 

 

Je ne pense pas que ce soit en lui apportant béatement notre soutien comme certains nous y invitent que nous contribuerons au débat démocratique. D'autres serviteurs zélés s'en chargeront mieux que nous.

 

 

 

Au contraire c'est bien en continuant d'exercer un sens critique que nous jouons nôtre rôle et souhaitons enrichir le débat en faisant nôtre ce principe mendésiste plutôt que mitterrandien selon lequel il vaut toujours mieux préférer le risque d'une défaite dans l'honneur plutôt que d'espérer une victoire acquise malgré le déshonneur.

 

 

 

Yann GRATESAC

 

 

 

(1) Il n'y a qu'un seul vote de rejet de ce type auquel je souscrive sans l'ombre d'une hésitation comme au second tour de l'élection présidentielle de 2002 c'est "Tout sauf LE PEN".

 

 

Commenter cet article

laurent 13/02/2007 10:51

Depuis dimanche c'est plus la mère Marie-Ségolène, c'est la mère Noel-Ségolène...

Hughes de Courson 12/02/2007 12:09

Je suis d'accord avec Laetitia de Warren
J'aimerais qu'elle me contacte
hdecourson@aol.com
(nous sous connaissions quand nous étions étudiants)

Fred Coste 07/02/2007 12:55

Ségolène c'est "l'ordre moral". C'est la dictature de la pensée provenant d'une gauche ô combien totalitaire. Tout ce qui ne correspond pas à ses pseudo-convictions est synonyme de fascisme ! On ne dirige pas un pays avec la morale!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!
On sait exactement, après maintes hésitations, qu'elle direction le Ps va prendre pour la campagne depuis hier . Elle n'était en fin de compte qu'un feu de paille. Son discours est pitoyable et ne fait même plus rire. Le PS -pardon le PC- est pour moi définitivement enterré. On ira déposer des roses fanées sur la tombe de Solfé

Flet 06/02/2007 15:02

Objectivement, Sarko a été bon hier et il est le candidat qui a le programme et la vision les plus aboutis parmi tous ceux en lice.
Il a eu chaud à plusieurs moment et s'est bien rattrappé : par exemple lorsqu'une personne a annoncée son homosexualité, l'intéressé a répondu "ça se voit". "Ah oui tant que ça". "Non, ça se voit à cause de l'émotion avec laquelle vous en parlez"...
 

marc d HERE 02/02/2007 16:34

Ségolène Royal vient de renoncer au service civique OBLIGATOIRE,  qui figurait dans le programme socialiste, pour revenir au volontariat.
Elle a raison. Sur ce point je l'approuve. C'était d'ailleurs un des seuls points qui me séparait de Bernard Kouchner qui défendait aussi ce service obligatoire, quand je pensais d'une part qu'il était impossible à organiser pour tous les garçons et les filles, et d'autre part que le volontariat donnait toute sa valeur à ce geste en faveur des autres...
Quelle est sur ce point la position de Sarkozy et celle  de Bayrou?.....Il faudra qu'ils les précisent.