Le Projet d'IES (11) La protection de l'environnement

Publié le par IES

Faire de l’environnement, la bataille centrale

 

Le constat

 

La terre va-t-elle rester habitable par l’homme ?

 

On peut se poser la question :

 

Le réchauffement climatique conséquence de l’effet de serre provoqué par une industrialisation non contrôlée amène son cortége de désastres :

 

Désertification de l’Afrique qui pousse des milliers d’hommes aujourd’hui, des millions demain à aller vers les pays du Nord.

 

Ouragan, crues spectaculaires en Europe, canicule, disparition de centaines d’espèces sont les premiers signes des bouleversements qui s’annoncent : la fonte des glaces provoquerait la disparition de nombreux territoires et jetterait sur les chemins de l’exil les centaines de millions d’individus qui habitent dans les deltas.

 

D’autres cataclysmes sont aussi possibles comme autant de conséquence de l’exploitation sans limite des ressources de la planète : raréfaction du pétrole qui bouleversera les économies qui reposent sur la voiture et les transports, manque d’eau chronique pour des milliards d’habitants. Après les guerres du pétrole du XX° siècle ira t-on vers des guerres de l’eau ?

 

 

Ces catastrophes ne sont pas inéluctables, mais il est temps certainement d’agir pour en éviter la réalisation.

 

 

Les propositions.

 

Nous devons, manifester une volonté politique de ne pas continuer à vivre dans le court terme et de nous affirmer responsables.

 

L’environnement doit être confié à un ministre d’Etat ayant la responsabilité de l’énergie, des transports, de l’agriculture, de l’équipement et de la ville.

 

Le développement des énergies renouvelables en complément de l’énergie nucléaire est un des moyens à mettre en œuvre. La fiscalité favorisera les énergies propres et les économies d’énergie. 

 

Une fondation européenne donnera à la recherche pour les énergies propres les moyens réunis de l’ensemble des états européens.

 

La mise en œuvre de programmes d’économies d’énergie est un axe prometteur. Il faut largement utiliser les techniques qui permettent de construire des logements à énergie positive en d’autres termes qui produisent plus d’électricité par leurs panneaux solaires qu’ils n’en consomment.

 

Un bilan environnemental placé sous la responsabilité de la commission de l’environnement créée au parlement dressera une fois par an le bilan de l’action gouvernementale en s’appuyant sur des normes précises : qualité de l’air dans les grandes agglomérations, qualité de l’eau dans les principaux cours d’eau, bilan énergétique, émission de CO2 …

 

 

Le développement des transports en commun propres, l’utilisation du rail plus que de la route pour le fret, la promotion de la voiture propre    sont autant de moyens de réduire les émissions polluantes que de rééquilibrer notre balance énergétique.

 

Il faut mettre en place une politique européenne en matière de transport de marchandises, développer et utiliser pleinement de manière locale, nationale et européenne les moyens à disposition (réglementation sur les vitesses, tarification, internalisation des coûts externes, implantation des activités, etc.) pour augmenter l'efficacité et l'attractivité des modes doux. On peut introduire une tarification au kilomètre pour les poids lourds qui remplacerait les péages, TIPP, taxes à l'essieu et qui deviendrait un véritable outil de régulation.

 

  Au niveau local, il est nécessaire d'instaurer des autorités organisatrices uniques englobant les transports urbains, périphériques et, le cas échéant, interurbains. Au niveau régional il faut poursuivre la régionalisation ferroviaire et encourager les gains de productivité des opérateurs de transport.

 

L'Etat doit continuer à jouer un rôle majeur dans le financement des grandes infrastructures de transport, tout en laissant une large place aux financements privés, en pratiquant systématiquement l'évaluation des projets et en veillant à la mise en place et au fonctionnement d’instances de régulation et de contrôle, que ce soit dans le domaine routier, aérien ou surtout ferroviaire.

 

 

Dans le cadre d’un développement durable, nous voulons orienter la croissance vers une diminution des inégalités et de la précarité à l’échelle du monde, en limitant les nuisances du progrès.

 

Contribuons à créer une organisation mondiale de l’environnement dotée de larges pouvoirs.

 

L’aide au pays du tiers monde pour leur  permettre d’utiliser les énergies renouvelables plutôt que de poursuivre une politique de déforestation est une priorité.

 

 

Il faut également mettre l’accent sur la dimension éducative et culturelle de l’action pour l’environnement : développer les actions de sensibilisation du public, former les élèves sont les conditions sine qua non de l’action de la société civile qui est aussi importante que celle de l’Etat.

......IES

 

 

Publié dans Vie politique

Commenter cet article

marc d HERE 16/01/2007 11:58

Merci Alain, merci Jérôme....nous allons retravailler ce texte....

Aalin Nérot 16/01/2007 10:03

C'est un peu léger, je pense qu'il ya dans le programme de Corinne Lepage et dans le livre de Nicolas Hulot " pour un pacte écologique" plein de bonnes idées à reprendre.
 Au passage la suppression de l'aide de l'état pour les investissements lourds de transport urbains (sites propres, tramway, métro) doit être rétablie en priorité
amicalement Alain

gagniarre jerome 15/01/2007 19:07

Tu peux piocher dans mon blog, même si tout n'est pas dit, l'essentiel y est je pense. 80 pages en totale, c possible.Dites moi quelle intelligence il peut y avoir à acheter un véhicule qui pollue deux fois plus que les autres (>300g de Co2/km)??L'orgueil? la fierté? alors il faut l'enlever, parce que c'est ce qui nous empêche de vivre durablement. Les constructeurs doivent s'adapter!La décisions viendra de la police, ou de la gendarmerie qui réagira, je sais très bien qu'elle ne viendra jamais de Nicolas Sarkozy.Jérôme

marc d HERE 15/01/2007 14:46

Vous vous répetez....Cela dit, je pense que l'on peut améliorer ce dernier chapitre.

Candide 15/01/2007 14:23

dans le genre yaka, fokon  vous êtes les champions !