Le Projet d' IES (5) Immigration, Intégration

Publié le par IES

Nous terminons l’élaboration du « projet d’ IES » que nos candidats défendront lors des élections législatives…..Avant validation définitive, nous en publierons des extraits en vous demandant de nous faire les observations et les critiques qui nous permettront de l’améliorer….

 

 

Nous publions aujourd’hui, et soumettons à débat, le chapitre consacré à l’Immigration et l’Intégration…

 

 

 

Le constat

 

L’émigration vers nos pays  est une donnée, compte tenu du déséquilibre en terme de démographie et  de richesse entre le « sud » et le « nord ». L’attraction de la richesse et de la liberté est irrépressible.  Il y aura de plus en plus d’immigrés dans nos pays et c’est à partir de cette réalité, que nous devons bâtir nos politiques économiques, sociales ou culturelles, nos politiques d’intégration. Mais, pas plus  qu’il y a 15 ans, nous ne pouvons « accueillir toute la misère du monde ».

 

 

Les propositions

 

Même si nous devons affirmer notre   vocation d’ouverture, même si nous savons à quel point nous avons et nous aurons encore davantage  besoin dans l’avenir de l’immigration, nous devons pouvoir maîtriser les flux migratoires. 

 

Une des premières exigences   sera  de lutter  au niveau européen contre l’immigration clandestine, et de sanctionner   ceux qui l’organisent et  ceux qui en profitent. Procéder aux reconduites nécessaires, en négociant avec les pays d’origine l’engagement de lutter contre l’émigration clandestine et d’accepter le retour de leurs  nationaux  expulsés.

 

Des régularisations auront lieu en  prenant en compte la réalité de l’insertion économique, sociale, culturelle, familiale de l’intéressé et sa volonté d’intégration,  mais les régularisations massives ou automatiques  au bout de dix ans seraient des erreurs dont tous les pays européens souffriraient.  

 

Parce que pour une large part l’immigration clandestine est une immigration de la misère, on doit agir en amont, en  mettant en œuvre une politique de coopération et de  développement, en   travaillant  à créer dans les pays d’origine les conditions permettant aux migrants potentiels d’y demeurer. Des partenariats tournés vers l’action concrète  doivent être établis avec eux, passant notamment  par le financement de projets créateurs d’emploi.  

 

Nous devons nous accorder avec ces pays  sur l’entrée  de travailleurs pouvant  venir se former et travailler  en France, quitte à envisager des séjours temporaires, des visas à entrées multiples. Ce peut  être le cas pour les migrants très  qualifiés, ou pour les étudiants qui doivent pouvoir faire une partie de leur carrière chez nous avant  de retourner dans leur pays pour aider à son développement.

 

On peut définir de multiples  critères professionnels et sociaux, en collaboration avec les pays d’origine, pour  orienter  les entrées d’immigrés vers les secteurs qui ont des capacités d’accueil et  d’emploi.

 

Le regroupement familial, source principale d’entrée d’immigrants légaux, ne peut être refusé mais on peut en réglementer strictement l’application.

 

Toute politique d’immigration doit trouver une complémentarité dans une politique d’insertion et d’intégration,  passant  par   une attention portée aux immigrés, à leur origine, aux raisons de leur venue,  à leur situation.

 

L’accueil  concret  des immigrés est une nécessité, avec au minimum  l’apprentissage de notre langue, et une information sur nos principes républicains. Ce peut être le  rôle d’ associations. 

 

Abandonnée et souvent  méprisée,  la population immigrée s’est repliée sur ses communautés et  de la  résignation des parents, on est passé à la révolte des enfants contre l’ensemble de ce qu’ils identifient comme un « système social hostile ». Comment leur parler de justice si on ne sait pas les accueillir?  Comment leur parler d’égalité alors que les différences de situations sont criantes et que tous pourront constater que  les jeunes  d’origine immigrée, y compris les diplômés  ont trois  fois plus de risque de  chômage que les « français dits de souche ». Comment leur parler de solidarité et d’insertion dans un  pacte républicain alors qu’ils ont vécu dans des cités ghettos,  coupés du reste de la  société française et conduits à obéir à des modes de fonctionnement communautaires ? 

L’objectif d’égalité passe par  la mise en place de mesures en faveur de ceux qui sont dans une situation d’inégalité intolérable. L’inégalité ne se combat pas par l’égalité mais par une inégalité inverse, compensatrice. On ne peut continuer à faire comme si il n’y avait pas de différences de départ  entre les individus, et que tous passant  dans le même moule devaient  en retirer le même profit, comme s’il fallait, au nom d’un universalisme abstrait,  unifier tout le monde sous la loi républicaine. Cela a donné des résultats désastreux, empêchant l’intégration et développant en réaction  les formes de  communautarisme que l’on voulait éviter.

 

On doit  faire en sorte que la mixité sociale devienne une réalité  dans des domaines prioritaires. On doit pouvoir ouvrir, comme cela commence à se faire, les préparations et les  concours aux  grandes écoles  aux jeunes originaires des « cités » ou de situation sociale précaire. Passer des conventions avec des lycées, permettant aux meilleurs élèves de bénéficier  de formations particulières.

 

Le respect de l’égalité des chances et de traitement s’impose, alors qu’aujourd’hui les  différences de situations sont criantes et douloureuses. Une proposition comme le C.V. anonyme doit être mise en œuvre.

 

Dans les attributions de  logement HLM on doit pouvoir prendre en compte – avec toutes garanties -  l’origine ethnique pour éviter les cités enfermées sur elles-mêmes et soumises aux lois communautaires.

 

Les entreprises, les administrations  doivent être incitées à embaucher des  personnes issues de l’immigration, et pas seulement  pour les emplois créés dans les zones franches. 

 

Au  niveau des médias, de la représentation politique, l’Etat,  l’administration, les partis politiques doivent  s’attacher à faciliter l’ascension de personnes issues de l’immigration. 

 

Les manifestations de   racisme et les  discriminations seront plus durement sanctionnées.

 

Chaque action  d’intégration doit se traduire par un processus différent.  Et cela exige  que l’on puisse faire des études  statistiques et sociologiques sur les différentes populations, les différentes origines, pour, en en connaissant mieux  l’importance et les problèmes,  juger de la nécessité d’attitudes ou  de politiques adaptées, au lieu de le refuser en vertu de principes abstraits[1].   Il y a des situations différentes, il y a des cultures différentes qui doivent pouvoir  s’exprimer dans le respect des principes de la République et  d’une  laïcité garantissant la liberté de culte ou de pensée.

Sans verser dans le communautarisme qui consisterait à ne considérer ces populations que sous cet aspect culturel, religieux  ou ethnique  et à leur reconnaître en tant que tel des droits, on ne peut ignorer le besoin qui est le leur de partager  leur histoire, leurs coutumes, leurs nostalgies et leur demander d’oublier leurs différences. Aucune réelle intégration n’est possible  dans la négation ou l’effacement de son identité et de son passé. 

Mais cette valorisation des identités ne peut  se concevoir sans limites, une référence commune est nécessaire, une volonté d’adhésion  active à la société d’accueil est une nécessité, une capacité à partager des  valeurs communes, à envisager un avenir commun.

Cela exige que le pays d’accueil soit capable de faire naître ce sentiment d’adhésion et de confiance, et que les arrivants s’y engagent.  L’intégration doit faire appel à la réciprocité.  Il faut que l’immigrant  montre un minimum d’adhésion aux valeurs comme  aux modes d’organisation de la société: apprendre à parler et lire  notre langue - on doit en contrepartie les y aider gratuitement-  accepter nos principes républicains et notamment celui de la laïcité, vouloir prendre sa place dans la société française et européenne. 

Pour celui qui choisira de devenir Français, la  participation à une   cérémonie  de prise ou de confirmation de la nationalité française doit revêtir une grande solennité.

 

………IES

 

Aidez-nous, par vos commentaires à améliorer ce texte…..Et s’il correspond à vos idées et à vos objectifs, venez vous associer à notre démarche et rejoignez IES



[1] La loi interdit à tout organisme public ou privé, d’utiliser des données ethniques, en dehors de la nationalité.

 

Publié dans Vie politique

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

eric levergeois 23/12/2006 20:08

Je trouve très intéressant tout ce que vous dites, mais quand je vois que le moindre reportage en Afrique ne présente même pas la vue d'une route digne de ce nom - alors que nos campagnes brillent pendant des nuits entières du luxe de millions de néons avertissant à grands frais de l'existence de beaux magasins - je voudrais savoir comment des milliers de Français peuvent, car je sais que ça existe, faire le voyage inverse, et puisque les gouvernements ne savent pas le faire, comment faire pour apporter nous -mêmes un peu de nos richesses dans ces pays frappés a) par leurs malheur particulier b)par le manque de générosité des pays du nord. Car si c'est la Chine qui s'occupe de l'Afrique, comme des récents accords commerciaux semblent l'indiquer, je ne vois pas bien comment sur le long terme l'Europe ne serait pas contournée subtilement et par la suite (à très long terme) rendue impuissante. Ma morale: le poème de Hugo qui est généralement intitulé: Ceux qui vivent, ce sont ceux qui luttent,poème facile à trouver sur le net et A LIRE EN ENTIER. Merci.e. levergeois