De la vérité officielle à la réalité vécue

Publié le par Jean-Louis Caccomo

La vérité officielle se déconnecte de la réalité vécue par les acteurs de l’économie (les ménages et les entreprises) dans les pays où les gouvernements s’obstinent à voir l’économie comme un champ d’expérimentation de théories dépassées au service d’une pseudoscience prétendument régulatrice. L’exemple extrême fut l’Union soviétique. L’histoire nous aide à comprendre le présent. Mais qu’est-ce qui nous permet de comprendre et méditer les enseignements de l’histoire ? Il semble que, dans notre pays, nous n'en soyons plus capables. La France souffre depuis 30 ans de ce syndrome qui la conduit lentement dans un processus d’implosion interne.

 

En Union soviétique, l’inflation officielle n’existait pas pour la simple raison que la liberté des prix y était interdite : les prix étaient fixés autoritairement par le plan central dans le pays où l’on avait anéanti l’expression des marchés. Est-ce que l’inflation avait réellement disparu ? Pas le moins du monde ! La manifestation de l’inflation (son effet sur les prix) était empêchée mais certainement pas la cause profonde. Il existait donc une inflation réelle qui se manifestait par les files d’attente devant les magasins d’Etat. On mesurait l’inflation réelle à la longueur des files d’attente.

 

Rappelons au passage que les prix étaient administrés dans la France des années 70 gouvernée par la droite. Pourtant, l’inflation en France était à ce moment supérieure à l’inflation en Allemagne où les prix étaient libres. Ce n’est pas parce que l’on empêche les gens de dire qu’ils ont faim que les gens ne sont pas affamés. Ils sont simplement obéissants ou terrorisés.

 

 Pareillement, le chômage officiel était nul en URSS tout simplement parce que le chômage était interdit par le parti communiste de l’union soviétique (PCUS). Aux yeux du parti, le chômage était un délit. En effet, la carte du parti donnait droit à un travail. Du coup, si vous n’aviez pas de travail, c’est que vous n’étiez pas membre du parti. C’était une position plus inconfortable au pays des soviets et du parti unique. Dans ce cas, vous étiez immédiatement suspecté d’être un ennemi du parti unique, donc un ennemi de l’Etat.

 

Il est cocasse de rappeler que, dans les régimes socialistes, un chômeur était assimilé à un ennemi de l’Etat alors que dans les pays capitalistes, il est considéré comme une victime du marché. Chaque système a ses démons ! Dans la réalité de l’Union soviétique, on faisait semblant de travailler à travers le partage du travail qui n’était qu’un chômage déguisé.

 

 Aujourd’hui, il existe de nombreux exemples dans notre pays pouvant illustrer ce décalage persistant entre la vérité officielle et la réalité vécue par les acteurs : le décalage entre la valeur officielle du diplôme et la valeur sanctionnée par le marché du travail, le décalage entre la valeur officielle de l’euro et la réalité du pouvoir d’achat de la monnaie unique telle qu’elle est vécue par les ménages, ou encore les statistiques officielles du chômage et la réalité de la population au travail, les statistiques officielles du tourisme et la réalité de l’économie touristique, les statistiques de la délinquance et la réalité de la violence vécue au quotidien, la thèse officielle du réchauffement climatique et la réalité du changement climatique…etc.

 

 Voilà pourquoi on résout rarement un problème économique en créant une loi pour interdire l’expression de ses effets.

 

 Jean-Louis Caccomo,

 

Perpignan, le 12 décembre 2006

 

http://caccomo.blogspot.com/

 

Commenter cet article

Gagniarre Jerome 20/12/2006 13:27

Je proposerai plutôt qu'on l'appel "le lien manquant".Qui sont les premiers êtres humains? Qui était-ils avant? Quelles étaient leur ambition qui visiblement les a fait évoluer au cours du temps?Entre ceux qui n'ont pas vu et raconter des histoires, entre ceux qui théorisent, la vérité est quelquepart, mais à vous de la chercher.http://pensee-unique.over-blog.com75 pages pour refaire le monde en paix et sans pollution, comme il a été trouvé.Jérôme

J.M. Bouquery 20/12/2006 09:32


On ne peut laisser  cette vraie observation ni cette philosophie vécue sans commentaire. Je propose que dorénavant l'on appelle "caccomophonie" cette figure entre vérité vécue et réalité officielle et sa réciproque. Avec autorisation de l'auteur ?
jm bouquery