L'Appel de Florence

Publié le par Bernard Poignant

Au nom des Européens qui aspirent à une Europe plus forte dans l’affirmation des droits fondamentaux, plus efficace dans la gestion des politiques communes, plus à même de répondre aux défis de la mondialisation,et plus déterminée dans l’affirmation de son rôle dans le monde, nous appelons à reprendre le chemin des réformes de l’Union, y inclus celle des Institutions.

 

Les Institutions ne constituent pas une fin en soi : elles régissent et assurent le fonctionnement de l’Union. Les Institutions conçues pour 15 Etats membres, ne peuvent pas être valables pour une Union de 27 pays. Leur adaptation est indispensable pour que l’Union élargie puisse répondre aux attentes des citoyens. Bien plus, l’immobilisme dans un environnement en mouvement signifierait perdre du terrain et se montrer incapable d’affronter les défis présents et futurs.

 

Sans réformes, non seulement l’élargissement aux pays européens qui aspirent à nous rejoindre sera impossible et l’approfondissement nécessaire restera un vœu pieux, mais la gestion elle-même d’une Union à 27 deviendra de plus en plus difficile, les politiques communes moins efficaces et les citoyens plus sceptiques à l’égard de la capacité de l’Union de trouver des réponses appropriées à leurs problèmes.

 

Nous appelons après la pause de réflexion qui a suivi l’échec des référendums français et néerlandais, à reprendre de manière décisive la réflexion et l’action en matière de réformes.

 

L’objectif devrait être de conserver toutes les améliorations indispensables apportées aux Traités existants telles qu’elles ont été adoptées par tous les gouvernements de l’Union, tout en apportant les éclaircissements propres à apaiser les inquiétudes qui se sont manifestées.

 

 

         - Nous appelons à conserver l’intégralité des Parties I et II du traité qui n’ont pas fait l’objet de critiques majeures et qui sont indispensables au bon fonctionnement de l’Union ;

 

         - Nous appelons à clarifier les points de la Partie III , s’il en existe, au besoin par l’adjonction de déclarations ou de protocoles additionnels ;

 

         - Nous appelons enfin à un sursaut politique de toutes les parties concernées pour que le processus nouveau soit conclu lors de l’élection du nouveau Parlement Européen au printemps 2009.

 

 

Carlo Azeglio Ciampi, sans étiquette

 

Valéry Giscard d’Estaing, libéral européen

 

Joschka Fischer, Verts

 

Jorge Sampaio, PSE

 

Costas Simitis, PSE

 

Helmut Schmidt, PSE

 

Enrique Baron Crespo, PSE

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Publié dans Europe

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

marc d HERE 10/12/2006 23:10

Tu as raison Laurent.
Ce ralliement de Chevènement a été notamment obtenu moyennant (si l'on en croit Chevènement)  une réorientation de la politique européenne du PS et de sa candidate.....Cela venant confirmer les propos très "limites" de Ségolène Royal sur la BCE et le contrôle qu'elle semble exiger de la part des Etats.....
Cela venant après les déclarations quelque peu démagogistes de Villepin sur l'Euro trop fort....Fait craindre une dérive dangereuse des politiques.....

Laurent Py 10/12/2006 21:30

Le ralliement de Chevènement à la candidature de Ségolène Royal a de quoi faire froid dans le dos et laisse planer des doutes encore plus grave sur la politique européenne que suivra la candidate...

marc d HERE 05/12/2006 13:37

La Finlande est devenue aujourd'hui le 16ème pays européen à ratifier le traité Constitutionnel Européen....

Bernard Poignant 02/12/2006 15:06

Il n'y a rien de plus symbolique qu'un appel lançé de Florence. Dans cetteville on respire la culture et l'Europe. Celle-ci doit reprendre le cheminde sa construction pour renforcer son union. Deux présidences serontdécisives : celle de l'Allemagne en 2007, celle de la France en 2008.Restons confiant.AmitiésBernard POIGNANTdéputé européen

Serge 01/12/2006 10:24

Je suis content de voir que l'on parle de nouveau de l'Europe. C'est maintenant qu'il faut le faire. Le nouveau président devra tout de suite s'en occuper. Ségolène ne s'avance pas baucoup. Ca ne m'étonne pas vu les gens qu'il y a dans son parti.