Enfermement

Publié le par Robert Bellec

Je viens de la gauche, toute ma culture vient de la gauche (non totalitaire) je n’aime pas bien les archaïsme de droite, la pensée « de droite » ( sachant que je ne place pas à droite la pensée libérale) et pourtant « not’gauche » me désespère.

 

Not’gauche française, enfermée, n’a plus pour seuls horizons que le mirage du souverain Bien (qui n’est jamais que l’alibi sacralisé de « l’autre » en réponse à la culpabilisation inculquée par la nécessaire haine de soi) et le mirage du souverain Vrai ( la passion perverse de soi : le « je sais »)…

Ainsi pétrie de bien-pensance, elle s’est tellement enfermée à double tour dans ses errements contradictoires, qu’il est devenu difficile, voire impossible de dire des choses originales et imaginatives, autres, critiques, de pointer des faits, de dénoncer la sottises des croyances obligatoires, dans ce déferlement ininterrompu d’inepties.

 

L’enfermement, la logomachie stérile, le simplisme ce sont les seuls jalons que rencontre sur sa route celui dont la pensée voudrait cheminer, même à petits pas, cahin-caha, et ne se satisfait pas d’ânonner sans fin les mêmes platitudes creuses, rassurantes, et néanmoins mensongères…

…mais qui plaisent ! …car elles parlent au MEC, le revoilà, le Misérabilisme Emotionnel et Compassionnel. Ce MEC, quand même ! Ce qu’il sait parler aux femmes ! Aux hommes aussi bien sûr…..

 

Que dire devant toutes ces platitudes si satisfaites d’elles-mêmes, devant ces clichés à 6 sous, qui prétendent dire le Vrai et le Bien ? Que dire ?

On reste sans voix.

Pornographie à visée politique, la bien-pensance étale ses fesses poisseuses au devant des kiosques de nos villes, sur la lucarne lubrique de la bible nouvelle, l’audimat et le sondage. Que dire ? Comment surmonter le dégoût qui nous étreint au détour de chaque jour qui passe ?

Se satisfaire de la digestion progressive de la démocratie par la démagogie ? Puisqu’elle est médiatique…

 

Que dit la gauche ?

Qu’il faut battre la droite ! Pourquoi ? Parce que !

Injurier Sarkozy ! Pourquoi ? Parce que !

Dénoncer les ultras, ces gêneurs libéraux, mais surtout, sans oser les attaquer de front − oui, peut-être qu’ils disent vrai après tout, y’a du pour, c’est pas faux, mais toute vérité n’est pas bonne à dire…−

De la bouillie pour les chats ! Ou ils disent vrai, ou il faut les combattre ! Car c’est central quand même le type de société dans laquelle on veut vivre, non ?

Et s’ils disent vrai, il faut les suivre ! Cohérence !

Faire du social, du social, et du social. Comment ? On sait pas, on verra bien ! Prendre aux riches ou un truc du genre… d’abord, on est obligés, sans ça, qu’est ce qui nous distinguerait de la droite ? vous voyez bien !

Accessoirement s’autoflageller sur des crimes qu’on n’a pas commis. Pourquoi ? parce que la droite ne le fait pas, donc ce doit être bien.

De l’égalité proclamée, de l’égalité postulée, et de l’égalité déclamée. Le Bien. Juste ce que dit le curé en chaire le dimanche depuis 2000 ans. Ça va marcher ! On a le temps, non ?

 

Quand j’étais petit, mon père qui portait haut le fer « rouge » jusque dans les entrailles de l’immonde calotte, m’assénait souvent quand mon insatiable naïveté éructait ses pourquoi, cette réponse ultime : parce que !

La droite moisie de cette époque, elle non plus, n’apportait aucun écho apaisant à mes pourquoi.

Alors j’enfourchai éperdument l’alezan de la gauche éternelle, qui devait selon mes espérances et ses promesses me conduire vers les lumières azurées de l’intelligence du monde, du rééquilibrage des privilèges indus, de la fraternité des Hommes, du courage dans les combats nécessaires…

 

Mais non, lorsque tout vaut tout, point de combat nécessaire si tout à coup on explique que Georges Bush égale Ben Laden.

Sidéré, j’ai même entendu le leader du MRAP, ce totalitaire maquillé en démocrate, dire sans rire que le philosophe qui a rédigé une critique de la religion musulmane égale Ben Laden !!! Critiquer la religion musulmane serait du racisme ! Et un député UMP était à peu près sur la même ligne, par lâcheté.

Cinq siècles de régression d’un coup !

Foin des lumières lorsque le point de vue de l’analphabète équivaut à celui du savant… Alors, la lumière azurée de l’intelligence brille moins que le ver luisant.

A quoi bon alors cette débauche de moyens mis sur l’école si finalement le point de vue du plus ignorant vaut celui du connaisseur d’un sujet ? A quoi bon ?

A quoi bon, si doit prévaloir l’égalisation par le bas ?

A quoi bon disserter, combattre pour la démocratie, contre les totalitaires ?

A quoi bon alors cet appel au doute, à la pensée critique et au débat puisque les certitudes moralisatrices contraignent tout raisonnement et toute lucidité au silence ?

Etrange et tragique régression de ce pays qui se voulait des lumières, et qui se vautre aujourd’hui dans le pire des obscurantismes : la bien-pensance pour tout horizon, c'est-à-dire la mort de la possibilité d’un petit zeste d’intelligence.

Reste l’égalitarisme. Personne n’y croit vraiment, mais on récite, conduits par ce licou vers on ne sait quelle décrépitude programmée.

Quand même, il y avait autre chose dans la gauche, non ?

Il faudrait peut-être quelques fouilles pour en retrouver les vestiges.

 

Oui, torrent d’indignation… car c’est trop, bien trop.

Quand la gauche n’a plus rien d’intelligent à dire, elle éructe, elle minaude, elle radote.

 

-          Papa, pourquoi faut voter Ségolène ?

-          Parce que ! Mange ta soupe !

 

Tout est dit.

 

Robert Bellec     

Commenter cet article

marc d HERE 13/11/2006 11:17

Non le libéralisme n'est pas forcément à droite, ni forcément à gauche. Il y a des libéraux de droite comme de gauche et le social n'est pas incompatible avec la liberté et la responsabilité qui sont les principes du libéralisme.
La concurrence, l'initiative qui permettent le développement n'empêchent en rien  de donner sa chance au plus grand nombre, d'aider ceux qui en ont beoin. 
C'est la plupart du temps grâce au libéralisme  que de nombreux pays ont pu se développer suffisamment pour n'avoir un chômage que de 4 ou 5 %.......Ne sont-ils pas plus "sociaux" que les pays qui condamnent le libéralisme (comme la France) et ont un chômage à 9 ou 10 %....

NORROY 12/11/2006 21:23

Je crois que le coup de geule de Robert est nécessaire et utile.
Pour moi la gauche c'est la volonté de changement face à l'immobilisme des conservateurs. La créativité plutôt que la reconduite de vieilles recettes. Le goût du futur plutôt que le repli sur les avantages acquis.
Et si cette Gauche là restait à inventer ?
Gilles

Colin 12/11/2006 19:14

Je crois que quelqu' un de connu disait que la haine de soi et nécessaire pour aider, comprendre et s' ouvrir oux autres ! Mais c' était sans doute mieux écrit...mais le fond reste...

guillaume 12/11/2006 19:12

le libéralisme ne serait pas à droite? ba où alors? et comment le libéralisme peut se construire autour des valeurs sociale?!proner l'état de régression n'est il pas une rérgression en soi puisqu'il place le contexte actuel dans un moment égal à celui du passé?!le présent est le présent, on ne peut y voir une regression mais une modification de trajectoire... la trajectoire de l'humanité n'est droite que dans le dictature, la démocratie se construit sur des soubressauts avance par a coup...les réac d'aujourd'hui se légitime sur le fait qu'"avant c t moins le bordel", que donc en appliquant "ce qu'on faisait avant alors ca redeviendra bien"... ces gens là n'empecherontn pas l'humanité d'avancée vers le mieux, mais c'est à nous de nous battre pour que leur dogme durent un minimum de temps possible...