Un regard sur l'actualité (5)

Publié le par marc dHERE

 

 Elections américaines.  La victoire démocrate est totale et nous nous en réjouissons car c’est sans doute une bonne chose pour les Etats-Unis et, compte tenu de la puissance qui est la leur, une bonne chose pour le monde. Au-delà de leur aspect proprement politique, ces élections permettent   de  vérifier le bon fonctionnement de la démocratie américaine. Dès les résultats connus, le Président a  pris sur lui  la responsabilité de la défaite. Estimant que la condamnation des électeurs touchait principalement à la guerre en Irak, il a immédiatement remplacé le secrétaire à la défense par un homme à priori plus modéré et ouvert à une nouvelle politique. Lui-même a annoncé qu’il était prêt à une collaboration avec les démocrates et à une inflexion de sa politique dans le sens souhaité par ces derniers. La « cohabitation »  - situation dont les américains ont l’habitude -   s’annonce,  même si on le sait bien elle ne sera pas exempte de difficultés et d’ intrigues,   comme une cohabitation -collaboration, dans le respect des pouvoirs de chacun et dans celui du vote des électeurs…..Heureuse démocratie américaine, finalement.

 

Débat présidentiel au PS. Ce débat s’achève. Resté très formel, convenu et dans une certaine mesure aseptisé, il ne nous aura pas appris grand-chose sur le fond. Quelques propositions iconoclastes de Ségolène sur la manière de gouverner plus que sur les mesures à mettre en oeuvre, quelques postures  de « gauche » de Fabius, un rappel insistant du positionnement social-démocrate de DSK…..Pour l’essentiel ce fut un débat pour « l’image » et c’est sur « l’image » que  voteront les militants du PS. D’ailleurs, sur le fond, le candidat choisi,  quel qu’il soit, aura peu de liberté,  corseté qu’il sera par le « programme socialiste » et les alliances dont le parti ne veut pas s’émanciper …..Hélas….

 

Bayrou et le libéralisme. François Bayrou vient, au cours d’un colloque,  de rendre public son programme économique et heureuse surprise, celui-ci a des accents libéraux, sociaux libéraux dirons-nous, auxquels il ne nous avait pas habitués ce qui alimentait une certaine réticence chez certains d’entre nous. Soutien appuyé aux entreprises, mesures fiscales, allègement des réglementations, Bayrou exalte l’esprit d’entreprise et veut faire de la France « un pays plus pro entreprises que ceux qui nous entourent »….A suivre, avec le plus grand intérêt.

 

Clearstream.  L’affaire revient….Les juges n’ayant pas l’air de croire Villepin sur ce qu’il dit de ses rendez-vous (ou de ses non rendez-vous) avec quelques personnages troubles de cette affaire, ont voulu consulter ses agendas particuliers de 2003 et 2004…..Comme c’est bête, figurez-vous qu’ils ont disparus, qu’ils ont été détruits….Et plus bête encore, ceux de sa secrétaire particulière également…Pas de chance, vraiment, ils auraient certainement pu prouver son innocence….n’est-ce pas ?

 

Bernard Kouchner. L’OMS a choisi la candidate chinoise. Bernard Kouchner n’a pas pu figurer dans les 5 « finalistes » ce qui paraissait pourtant acquis. On peut imaginer sa déception quand on sait avec quelle passion il se lance dans ce à quoi il croit….Mais on peut être sûr qu’il réagira vite et sera disponible pour de nouveaux combats dans lesquels nous serons à ses côtés. Répondant au mot d’encouragement que je lui ai adressé il termine par « continuons »….Oui, Bernard, continuons.  

 

  Marc d’Héré  

Publié dans Vie politique

Commenter cet article

J.M. Bouquery 19/11/2006 18:24

Oui Marc, Bayrou était bien désemparé et pour nous c'est dommage . Bon, analysons cette primaire (à tout point de vue, y c du mien ! ) :
Fabius c'est: j'occupe le pouvoir, appuyé sur les national-corporatismes y c quelques mouvances trostristes, et le bon vieil Etat, le reste suivra, je sais y faire :........ELIMINE
DSK c'est : je me pré-occupe de la société, l'économie ça me connait, les institutions sont là, tout ça est tellement raisonnable ! Non ? Il oublie que la social-démo ne se décrète pas, qui vient de 10 puis 5 siècles d'Histoire dans des communautés scandinaves qui ont peu à voir avec la construction impériale française :.....ELIMINE
S.Royal c'est : je me pré-occupe de l'individualité des situations des gens et de la particularité des sujets d'opinion. Simplement cohérente avec la connaissance sociologique actuelle (populisme est un mot d'hier né d'avant hier et d'ailleurs, relevant ici de l'analyse concurrentielle et non politique).  C'est court ? Oui, mais ouvert : ...FINALISTE
 
Alors, IES?      Deux choses :
- La vraie dimension historique et géographique, à commencer par l'Europe, espace de notre capacité de mouvement.
-La nécessaire source d'énergie du mouvement humain: l'initiative, la liberté "qui s'arrête..."....
 
NB Ne pas se trop soucier des robinets de régulation et des plombiers: on a du stock ( dont DSK.....)

marc d HERE 17/11/2006 00:25

J'ai regardé ce soir l'émissio d'Arlette Chabot....Déception: j'ai trouvé Bayrou assez faible et un peu démago....(Je n'ai pas vu les premières 10 minutes...Peut-être était-il meilleur...)

marc d HERE 15/11/2006 16:01

Oui, Brigitte tu as raison....On va voir ce que l'on peut faire à ce sujet.

brigitte foraz 14/11/2006 15:43

Il serait intéressant que Bernard kouchner lui aussi s'exprime sur l'actualité sur le blog d'IES...

Laurent Py 12/11/2006 10:04

On peut se réjouir de la défaite de G.W Bush, qui a divisé le pays, le monde et son parti. Cette défaite est en effet un signe que la démocratie fonctionne bien. Mais peut-on autant se réjouir de la victoire des démocrates, qui n’ont fait que surfer sur le mécontentement anti-Bush ? Sûrement faudra-t-il attendre les prochaines élections pour savoir quelle est leur politique. En attendant, avec un programme qui se limite au contrôle de l’action de Bush, on peut se demander si la démocratie fonctionnera vraiment aussi bien que cela. Seules les prochaines élections, qui ne représenteront pas un plébiscite, le montreront. Un peu comme Hoover qui, ayant entraîné tout le pays dans la dépression, avait été en quelque sorte le déclencheur d’un mouvement de réforme démocratique qui a débouché sur la coalition formée par Roosevelt, rassemblant toutes les forces vives et les composantes du pays, G.W Bush pourrait bien être celui dont la défaite mènera l’Amérique vers un nouveau rassemblement et un nouvel élan. Et dans ce cas, il n’est pas certain qu’une polarisation à gauche soit, après tant d’années de polarisation républicaine, la véritable alternative. Celle-ci serait plutôt à chercher vers un nouveau centre, un peu sur le modèle des années 90, mais qui reste à trouver. N’est ce pas là un point qui ne peut que nous réjouir à IES, et que nous suivrons avec attention ?