Regard sur la campagne

Publié le par marc dHERE

Un sondage Sofres, pour RTL et le Figaro, sur les intentions de  vote au  premier tour de la présidentielle vient d’être publié.  Il fait état d’une baisse sensible de Ségolène Royal qui perd 4,5 points (29,5% d’intentions de vote), d’une hausse de Nicolas Sarkozy qui gagne 2 points (38% d’intentions de vote)….. quasi stabilité des autres candidats potentiels (sauf  Olivier Besancenot qui gagne 1,5 points).

Certes, les sondages peuvent se tromper et  à six mois et quelques jours de l’élection, bien des choses peuvent encore changer. 

A droite d’abord, le poste de ministre de l’intérieur est un poste très exposé. Une situation sociale difficile se traduisant par des troubles répétés,  une flambée de violences mal maîtrisée  peuvent mettre le candidat ministre dans une situation inconfortable. Le style de campagne de Nicolas Sarkozy, réactif, mobile,  n’hésitant pas à se placer dans une position de « rupture », prônant des réformes controversées, ou prenant le contre-pied du consensus (politique étrangère) ne le met pas à l’abri d’un dérapage et d’un décrochage. Et puis il y a l’action et les déclarations quotidiennes du Premier ministre, de la poignée de ministres qui le suivent, et du Président de l’Assemblée, qui n’ont d’autre but que de l’affaiblir et de le faire battre (une tradition chiraquienne veut que l’on fasse perdre le candidat de son camp quand il n’est pas de son clan…).

A gauche aussi où certes Ségolène Royal semble bien installée en tête, mais où rien n’est totalement joué. Les déclarations assassines de Jospin et de ses amis (Claude Allègre, Glavany….)  peuvent faire leur effet (elles ont commencé semble-t-il). Les débats devraient favoriser Fabius et plus encore Strauss-Kahn …les déclarations des uns et des autres au dernier Conseil National l’ont semble t-il déjà montré. Et puis, ce qui fait la différence et l’intérêt de Ségolène Royal (son positionnement à droite a dit Serge July !), c'est-à-dire ses déclarations courageuses sur la politique de  Tony Blair, ses propositions iconoclastes et modernistes sur l’école, l’immigration, les 35 heures, le travail, la sécurité, toutes choses qui l’éloignaient du « projet socialiste »,  risquent de passer peu à peu aux oubliettes. Son discours de samedi au Conseil National traduisait une fidélité à ce projet, et les déclarations de François Hollande à France Europe Express hier soir, affirmant que le projet du candidat –ou de la candidate – du PS serait le projet socialiste, peuvent commencer à décevoir ceux qui comptaient sur elle pour rénover les idées, la pratique et la politique du parti….

Même si, avouons-le, le duel entre Sarkozy et Royal apparaît de jour en jour plus probable, rien n’est totalement joué, dans chacun des deux camps.

Et puis peut-il surgir,  venu d’ailleurs, un troisième homme qui viendrait brouiller les cartes ?  Le Pen semble  hors jeu, Sarkozy limitant  chaque jour un peu plus son influence….Bayrou stagne dans les sondages et si son positionnement politique est bon, il ne peut cacher son manque (provisoire ?) de propositions. Reste Bernard Kouchner, dont on espère toujours l’entrée en lice….Dans un mot à Gilles Norroy que l’on retrouvera en « commentaires » de l’article « Deux ou trois choses… », il déclare « je ne m’interdis rien »…. Alors, nous ne nous interdirons pas d’espérer…et d’agir pour rendre possible cette opportunité.

Marc d’Héré

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

marc d HERE 15/10/2006 12:29

La machine à perdre est bien lancée à droite. Les attaques grossières de Jean-Louis Debré contre Sarkozy dans le journal du dimanche en apportent une preuve éclatante, au moment où Sarkozy affirme sa volonté d'unité.
Les chiraquiens redoublent leurs attaques, mais on doit leur reconnaître une évolution dans leurs méthodes. Alors qu'auparavant ils agissaient en douce pour faire battre le candidat de leur camp qui n'appartenait pas à leur clan (voir Chirac faisant élire en sous-main Mitterrand),......aujourd'hui ils affichent au grand jour leur souhait de victoire de la gauche.....Les souhaits chaleureux de Debré à Ségolène Royal le montrent.....Même la pudeur se perd...
Marc d'Héré 

marc d HERE 12/10/2006 12:49

Un couac de Ségolène Royal qui n'a pas d'opinion sur l'entrée éventuelle de la Turquie dans l'Europe.....Pour une candidate à cette fonction c'est un peu léger....Mais de couacs en couacs, elle s'en est toujours sorti....alors, pourquoi  ne pas parier que  cette fois encore, les militants socialistes n'entendront que ce qu'ils veulent entendre.
marc

marc d HERE 11/10/2006 09:25

Cher D.A.,
Le candidat de gauche, quel qu'il soit, sera sans doute élu. Non pas à cause de son programme ou de sa qualité propre mais pour deux  autres raisons:
F. Bayrou a semble t-il choisi de "passer "de l'autre côté et il apportera ses 5 ou 7 % de voix au candidat PS (elles se reporteront encore plus facilement si c'est Ségolène Royal.)
Villepin et les chiraquiens feront tout, ils ont bien commencé pour, prolongeant la tradition, faire perdre Sarkozy....Et ils ont des "moyens" de toute sorte...
Marc

D.A. 10/10/2006 17:21

Etant plutôt social-démocrate/Centre gauche une candidature Strauss-  Kahn m'aurait tout à fait convenu. Mais il m'est impossible   d'envisager une candidature Royal: une femme incompétente qui   s'entoure de gens incompétents (par exemple le nouveau monsieur   Pompadour/Montebourg qui est une girouette incarnée ou le sénateur  Assouline à l'expression et à la pensée indigentes). Je pense que   les personnes qui suivent la ligne de Jean-Marie Bockel ou celle de   Strauss-Kahn ne pourront pas voter pour une personne inconsistante   imposée par les médias et les sondages. Comme moi, ils se rabattront   sur le seul candidat de centre-gauche restant en course (si le   phénomène Royal ne se dégonflait pas) à savoir François Bayrou. Je   pense que Bayrou, compte tenu de la constellation actuelle, a la   meilleure fenêtre de tir qu'il n'a jamais eue. Il me semble avoir les  idées claires et est tout à fait en phase avec J.M. Bockel. En cas de  victoire il  pourrait rallier certains socialistes et j'imagine qu'un  Strauss-Kahn  pourra mieux travailler sous un Bayrou président que  sous une Royal (sans mauvais jeu de mots).  S'il y avait un deuxième  tour Sarko/Sego je ne pourrai pour ma part  me prononcer et je  m'abstiendrai. Je pense qu'en fin de compte  Ségolène sera battue,  car elle sera laminée par un Sarko excellent  débatteur. Les  socialistes vont faire une très mauvaise affaire avec  cette  candidate. D'ailleurs je me demande si certains dirigeants  socialistes n'appelleront pas , en sous-main, à ne pas voter Royal au  second tour comme l'avaient fait en leur temps les chiraquiens contre  Giscard, en se disant qu'il faudrait mieux laisser passer la droite  en attendant que le parti socialiste se régénèrer. D.A.

candidat 007 10/10/2006 16:59

Pourquoi ne veut'on jamais parler de Madame Taubira.? Dans les enquêtes internet sur expression publique.com jamais elle n'est citée. Pourtant elle aussi précandidate comme tous les autres.
Personnellement , j'ai voté pour elle en 2002.
La décision sur sa candidature sera prise le 21 octobre au sein du PRG. Femme, elle représente aussi la diversité de la france., Elle a donc à ce simple titre déjà plus d'atouts que Ségolène pour incarner le changement. Elle est pour une sixième république, elle a voté non au référendum sur le TCE. Elle est la seule femme qui peut rassembler une gauche explosée, dans le brouillard et qui n'a pas fini de se déchirer. Elle est la seule femme de gauche qui peut gagner l'élection présidentielle. Elle a de la présence, elle est déterminée sans être sectaire, elle est enthousiaste, franche et humaniste. Même, certains de la gauche alternative souhaiteraient l'avoir comme candidate à la place du club des trois B, Buffet, Bové, Besancenot, et autres Attac, Salesse, Autin, etc etc.. Elle a donc un fort potentiel électoral. C'est mon avis.Le 21 Octobre sera un autre jour.