Un regard sur l'actualité (4)

Publié le par marc dHERE

Sarkozy, encore…On peut et on doit reprocher des tas de choses à Nicolas Sarkozy, des préoccupations sociales et environnementales qui n’apparaissent pas prioritaires, son ton et ses méthodes abruptes,  sa difficulté à rassembler  et sa prédisposition à l’affrontement…mais on doit lui reconnaître la capacité à nourrir le débat, à aborder les questions de fond, à faire des propositions pas forcément dans l’air du temps. Que ce soit sur une politique d’immigration concertée, sur la politique étrangère (rééquilibrage vis-à-vis des E.U., suppression du « domaine réservé »…), hier sur l’Université. Il propose une complète autonomie des universités (de gestion, financière, de recrutement) et une sélection réorientation en fin de premier semestre….Sur ce sujet comme sur d’autres, on aimerait entendre le PS et Ségolène Royal répondre autrement que par quelques slogans, et, à leur tour, proposer…..

 

 Liberté d’expression…Un appel a été lancé en soutien à Robert Redeker, et à la liberté d’expression, « quel que soit le contenu de son article »….Elisabeth Badinter, Pascal Bruckner, André Glucksmann,  Corinne Lepage, BHL et beaucoup d’autres l’ont signé. Je crois pouvoir y associer IES.

 

 Cachan… Il semble qu’on  en sorte de manière satisfaisante, chaque partie ayant fait les avancées nécessaires. La médiation par des personnalités de la société civile  montre une fois encore son efficacité et sa capacité à résoudre les situations bloquées.

 

 Lula… On peut souhaiter la réélection de celui que les altermondialistes voyaient en héraut ou en héros de l’anti capitalisme et qui comme le disait « le Monde » il y a quelques jours a assumé « une conversion au libéralisme »….Son principal succès aura été de réduire la pauvreté. Le libéralisme n’est donc pas forcément l’ennemi du social….mais ça on le savait déjà.

Marc d’Héré  

Commenter cet article

NORROY 08/10/2006 23:28

Tout à fait d'accord pour soutenir Redeker. Je n'arrive pas à comprendre quil n'y ait pas une indignation plus forte dans le pays.
Gilles NORROY