Laurent le plus que parfait

Publié le par Anne Mansouret

Un article d'Anne Mansouret, dont vous pouvez consulter le blog: http://mansouret.blog.lemonde.fr

Exhaustif, brillant orateur à l'élocution parfaite, à la diction remarquable, au look impeccable... Oui Laurent Fabius, que je viens d'entendre en direct sur LCI, fut égal à lui-même: Le premier de la classe. C'est bien là le problème.
Pourquoi? Je crois que pour être bien noté, il faut avoir la bonne grille de lecture et les bonnes méthodes de travail. En un mot, donner aux professeurs ce qu'ils attendent de vous, en fonction de critères objectifs qui seuls permettent un classement impartial. Les "bêtes de concours" sont rarement les gagnants de la vie. La vie est infiniment plus complexe, moins formatée qu'un examen. Elle privilégie une toute autre espèce d'animaux, la vie : Ceux qui possèdent une expérience qui ne s'acquiert pas dans les cours magistraux, les livres ou les rapports. Ceux dont l'intelligence est plus  primaire et plus concrète, plus fantaisiste et plus imaginative, plus intuitive aussi. Elle n'aime pas la perfection, la vie. Peut-être est-ce une des raisons majeures de l'impopularité de Laurent Fabius, désormais candidat à l'investiture des socialistes pour l'élection présidentielle.
Au cours de cette allocution, comme d'habitude plus que parfaite, deux points de détail m'ont frappés:
Tout d'abord, on entendait les applaudissements nourris et les slogans (Fa-bius-président) émanant d'un public  que l'on supposait très nombreux, mais que l'on ne voyait jamais ! A la fin de son discours, un enfant, deux élus et quelques militants sont venus l'entourer au pupitre la rose à la main, mais aucune caméra ne filmait la salle. 
Ensuite, Fabius s'exprimait devant une paroi vitrée agrémentée de plantes vertes, derrière lesquelles on voyait des passants...passer; Les uns feuilletaient un journal en marchant, d'autres promenaient leur chien, flânaient ou pressaient le pas. Aucun ne semblait concerné, conscient de l'importance de ce qui se produisait à quelques mètres d'eux.
Sans évoquer la symbolique de l'image, et sur un plan très pragmatique : Dur, dur, de ne pas faire l'évènement à Fleurance, riante petite commune gersoise de 6420 habitants !


 

Publié dans Vie politique

Commenter cet article

jlg 02/10/2006 13:04

Si je comprends bien Piotr, je dois être d'accord avec lui.
J'ai à une époque fréquenté le blog de Madame Mansouret, ce à quoi j'ai renoncé trouvant ses approches quelque peu, comment dire ?... people, prises par le petit bout de la lorgnette ...

Piotr 02/10/2006 10:26

S'il n'avait que cela comme défaut, Fabius serait  juste antipathique mais insupportable... Evitons de nous placer sous influence.