SEGO/SARKO

Publié le

Tous trois étudiants en droit, dans notre vingtaine, nous avons une sensibilité politique évidemment très pro européenne et de gauche centrale. Comme beaucoup, nous observons le débat public français pour essayer d’adopter une position intelligente en vue des échéances de 2007. Le débat, entre nous, tourne notamment autour de Ségo / Sarko.

D’un côté, notre cher Président de l’UMP nous donne l’impression d’un affreux populiste cherchant à racoler sur les terres de Jean-Marie. Ses déclarations fracassantes sur le karcher dans les banlieues, ses sorties sur la magistrature nous semblent évidemment inacceptables. Qu’il justifie ses propos outranciers en expliquant que « son juge, ce sont les Français », voilà qui pour nous, révèle beaucoup (trop) du personnage.

Cependant, voilà qu’il nous surprend aussi lorsqu’il va à Bruxelles et se déclare en faveur d’un « Mini Traité » reprenant substantiellement les innovations institutionnelles du traité sur la Constitution Européenne. Sans entrer dans la polémique sur le TCE, il  nous apparaît que l’arrangement institutionnel actuel est à bout de souffle, ainsi que le démontrent amplement les revendications polonaises actuelles sur le mode de calcul des votes au sein de Conseil Européen pour les procédures soumises à majorité qualifiée, pour ne prendre qu’un exemple.

En face, la réaction de Ségo est affligeante : prenant le contre pied exact du discours européen de Sarko, voilà qu’elle propose d’attendre que l’Europe fasse ses preuves avant tout changement institutionnel. Qu’elle évite de s’aliéner les forces nonistes du PS (Fabius dénonçant quant à lui le mini traité comme une « maxi imposture ») est compréhensible, mais on ne connaît que trop bien les conséquences de tels discours « euro-timides ». Nous ne pouvons donc que condamner son manque de courage face aux questions européennes.

Du moins son anti Sarkozisme de rigueur a-t-il eu une conséquence positive : elle a refusé d’exclure l’entrée de la Turquie dans l’UE de façon dogmatique (sans toutes fois préciser les contours du partenariat qu’elle semble proposer).

Le dilemme reste donc entier : « Sarko quasi facho » ou « Ségo anti euro » ? Ségo saura-t-elle se montrer europhile ?

Etienne Chassaing, Anne-Gaëlle Denier, Guillaume Fabre

Commenter cet article

marc d HERE 03/10/2006 09:40

Deux éléments que je relève:
Un club de sarkozystes de gauche "La diagonale" s'est recemment créé et a invité à sa première manifestation publique, Jean-Marie Bockel....
Hier aux journées de l'UMP Sarkozy a déclaré: "Il y a une partie de la gauche française dont la tradition n'est pas l'idéologie mais le muvement. Je pourrais même me reconnaître dans ses idées..." Propos sans intérêt ou signifient-ils quelque chose qui doit attirer notre attention?....J'aimerais lire les réactions de nos amislecteurs sur ces deux éléments ...
marc

Guillaume Fabre 25/09/2006 15:27

Cher Jlg"A chacun ses préférences" était pour souligner que personnellement, je trouvais que la sonorité de "Ségo" m'était plus sympatique que celle de "Sarko". Pure comparaion de sons...Quand au fond, si mon sarkozysme est apparent, c'est à mon corps défendant, il me semblait même que l'article que j'ai co-signé laissait transparaître que le personnage n'était pas forcément à mon goût. Au contraire, il me tarde que Ségolène prenne parole sur l'Europe pour ne pas laisser les voix des "oui-ouistes" (dont je fais partie) à Sarko.Bien à vous,Guillaume     

jlg 24/09/2006 22:08

cher guillaume
je ne comprends pas "à chacun ses préférences sans doute"
comme vous me semble-t-il je suis membre d'ies et votre sarkozysme apparent me laisse perplexe...

Guillaume Fabre 24/09/2006 21:56

tiens, c'est marrant, j'aurais dit que Ségo faisait plus sympathique que Sarko (sonorité proche de accroc)... A chacun ses préférences, sans doute...Sur le fait d'avoir écrit "Sarko quasi facho", le propos était évidemment de provoquer, tant ses propos, qui remettent en cause l'indépendance de la magistrature, nous semblent outrancier. Mais, pour moi, il est évident que Sarko a un grand avantage, c'est qu'il va au bout de ses idées. Sa persistence face à la magistrature le prouve bien. Mais oui, Sarko n'est pas facho !Sur le fait que Sarkozy soit un européaniste d'occasion sans réelles convictions, je n'en doute pas. En pleine campagne, que peut-on attendre d'autre ? Mais toujours est-il que ses idées me semblent plus aptes à faire progresser l'UE que les propos attentistes de Ségo. Le Mini Traité est une bonne chose, la question de la Turquie est regrettable, mais les deux choses sont séparées et ni l'un ni l'autre ne sont des décisions que Sarkozy peut prendre seul. Mais si au moins, il ose, dans le débat public français, aborder la question des réformes institutionnelles de l'UE, alors, oui, il marque des points !

jlg 24/09/2006 21:28

juste pour la forme,arretez tous d´appeler Sarkozy:Sarko,cela le rend sympathique et Segolene Royal:Sego,cela la rend antipathique,curieux paradoxe,non ?