ALINE, c'est mieux avec que sans

Publié le par Julie Coudry

Julie Coudry, présidente de la Cé, la Confédération étudiante, m'adresse (ainsi qu'à d'autres), ce texte...

La Cé a rencontré aujourd’hui le Ministre délégué à l’enseignement supérieur et à la recherche, François Goulard  pour évoquer les dossiers de la rentrée étudiante.

 ALINE : un coup de pouce à la décohabitation étudiante mais qui ne permet pas de régler les problèmes de fond

Par la création d’ALINE (Allocation pour l'installation étudiante), la situation s’améliore pour les familles à revenus modestes mais cette allocation reste insuffisante et peu structurante face aux injustices du système.

ALINE ne répond pas aux objectifs définis dans le rapport Wauquiez : elle ne simplifie pas le système d’aides sociales et ne prend toujours pas en compte les classes moyennes : elle n'est destinée qu’à 3,5 % des étudiants !

Les classes moyennes toujours oubliées !

Les classes moyennes ne bénéficient d’aucune aide sociale et contribuent pourtant à les financer. Il faut donc modifier le système d’aides sociales en profondeur, pas question d’en rester à la création de cette allocation.

 La Cé demande:

- un élargissement urgent de ALINE aux familles à revenus moyens

-          et appelle également dès maintenant à l’ouverture de concertations afin d’élargir le seuil des bourses à ces familles pour la rentrée 2007.

 rientation- Insertion : après le CPE, la montagne ne doit pas accoucher d’une souris

Après le CPE, pas question d’en rester là sur la question de l’orientation et de l’insertion professionnelle des jeunes : la situation doit avancer et le gouvernement le sait.

- Le rapport Hetzel à venir ne doit pas subir le même sort que le rapport Wauquiez et doit aboutir à de véritables changements plutôt qu’à des mesures qui ne règlent pas les problèmes de fond.

La Cé invite donc d’ors et déjà les ministres à s’interroger sur les suites qu’ils donneront au travail que la commission Hetzel rendra fin octobre.

La Cé appelle les ministres à l’ouverture de concertations sur le schéma national d’orientation ainsi que sur l’accompagnement des étudiants de la 3° à la troisième année de licence.

 Tout cela va dans le bon sens et ne doit pas en rester au stade des paroles.

 La Cé saura continuer à faire entendre sa voix au cours des prochaines rencontres avec le gouvernement.

Julie Coudry

 

Publié dans Education - recherche

Commenter cet article

Jacques Heurtault 07/09/2006 20:55

je suis bien d'accord avec vous! Aline, c'est mieux avec que sans ..; J'observe au passage que la Gauche n'en veut pas alors même qu'elle concerne les étudiants les plus démunis. C'est à n'y rien comprendre.