Ségolène Royal et Sarkozy même combat?

Publié le par marc dHERE

 

 

 

La pré-campagne présidentielle qui, à ce jour, oppose Ségolène Royal à Nicolas Sarkozy, présente une particularité que bien peu de commentateurs soulignent, celle de mettre aux prises deux candidats que leur style et leur langage opposent mais que leurs analyses ou leurs propositions rapprochent étrangement.

                                   

Sur la sécurité, la conception de Ségolène Royal d’un ordre juste et le souci de l’ordre de Sarkozy diffèrent d’autant moins que les mesures qu’ils préconisent, notamment pour lutter contre la délinquance des jeunes,  sont pratiquement identiques. Sur l’immigration, même proximité, que Ségolène Royal vient de confirmer en utilisant pour les régularisations de sans-papiers, les mots mêmes de Sarkozy : « régularisations au cas par cas ». Seule différence ( ?) Ségolène Royal, évoque le co-développement, quand Sarkozy affiche (et pratique) sa volonté de coopération avec les pays sources d’immigration…

Les deux candidats se retrouvent sur d’autres sujets :

- L’école où, entre autres propositions,   leur commune volonté d’assouplir la carte scolaire, de donner plus d’autonomie aux établissements et de permettre une plus grande présence des professeurs dans les locaux, les rapproche.

- La politique de Blair à laquelle ils trouvent l’un et l’autre  bien des atouts, notamment sur l’emploi, la réhabilitation assumée de la valeur travail, la critique de la manière dont ont été appliquées les 35 heures ou  d’une politique salariale focalisée sur le SMIC,   le fait de vouloir traiter les problèmes autrement qu’en ajoutant des moyens supplémentaires,  le service civil pour les jeunes qu’ils préconisent tous les deux, ou la prise en compte de l’environnement, comme politique transversale. Sur l’Europe, rien ne les sépare.

Et quand ils s’opposent, on a le sentiment qu’ils ne sont pourtant pas si éloignés que cela :

Sur l’économie, on a du mal à croire que Ségolène Royal souhaite véritablement la renationalisation à 100% d’EDF ou qu’elle trouve judicieux d’abroger purement et simplement la loi Fillon sur les retraites. Sur un sujet de société comme le mariage homosexuel et l’adoption par des couples homosexuels, la différence est-elle si grande entre  Ségolène Royal qui l’a accepté du bout des lèvres, en y étant sans  doute opposée, et  Sarkozy, qui l’a refusé tout en préconisant des droits nouveaux pour les couples de même sexe ?

 

 

 

Bien sûr, la campagne ne fait que commencer, tous les points n’ont pas été abordés et des clivages plus ou moins importants, plus ou moins artificiels vont certainement se faire jour….Et puis de nouveaux candidats vont peut-être se montrer (comment ne pas souhaiter la candidature de Bernard Kouchner), diversifiant les approches et les propositions.

 Il n’en reste pas moins vrai qu’à ce jour les deux principaux candidats semblent, dans le fond,  bien proches l’un de l’autre. Seule différence, tout laisse à penser que Nicolas Sarkozy, s’il est élu, appliquera ses propositions, alors que Ségolène Royal, prisonnière de son parti, toujours aussi archaïque et de ses alliances, devra, hélas,   s’en tenir au « Projet socialiste ».

Marc d’Héré

Commenter cet article

marc d HERE 13/10/2006 11:55

Un discours très intéressant  de Nicolas Sarkozy à Périgueux, hier soir....Discours républicain et social, qui nous interroge....J'en reparlerai.
marc

jlg 06/09/2006 22:44

Mon cher Marc
Oui, ceux auxquels tu fais référence dans ton commentaire 8 nous connaissent et la mutualisation de leurs engagements et de leurs compétences serait bien ce qu\\\'il pourrait nous arriver de mieux mais nous en sommes loin.
Kouchner et Bockel ne semblent pas prêts à couper le cordon avec le PS et quelque soit le choix de leur candidat,il sera là pour défendre le programme du parti et préparer les alliances à gauche qui mèneront nous savons où...au retour de la droite...et c\\\'est reparti !
Corinne Lepage doit choisir un candidat pour lequel elle représentera un soutien plus que sérieux, mais pitié, qu\\\'elle soit réaliste et responsable et qu\\\'elle ne s\\\'engage pas elle-même dans la course au risque de se noyer dans la mare aux candidats pour eux-mêmes.
Dany, bien-sûr on en rêve, la France aurait fini de s\\\'ennuyer !
Il reste Bayrou, que les quatre autres franchissent le pas et s\\\'engagent avec lui et IES sera au gouvernement de la France.

scorff 06/09/2006 22:06

Bayrou aussi il me semble, il a rappelé à deux reprises qu'il serait amené à faire appel à DSK en cas de victoire.

scorff 06/09/2006 22:04

Tiens Bockel préfère DSK...

marc d'HERE 06/09/2006 13:27

Cher Fulgore,
Votre confiance dans le caractère démocratique et progressiste du PS, fait plaisir....J'espère que vous ne tomberez pas de trop haut. Cela dit évitez de traiter vos adversaires de racistes, cela n'élève pas le débat et déconsidère l'auteur d'injures de ce type.
marc