Il y a un an, le 29 mai....

Publié le par Jeunes Européens

Après "Générations Europe", nous relayons ce texte des  "Jeunes Européens"

Le NON français au Traité Constitutionnel Européen ne peut clore le débat sur un texte capital pour l’efficacité et l’avenir de l’Union européenne.

 Le résultat négatif de ce référendum ne peut en aucun cas dispenser la France, pays dont les hommes politiques sont les premiers à réclamer plus d’Europe, d’être force de proposition pour créer l’Europe forte et démocratique que les citoyens appellent de leurs vœux.

 L’échec du référendum en France et aux Pays-Bas ne saurait mettre un terme au processus actuel de ratification, qui doit impérativement permettre aux partenaires européens ne s’étant pas encore prononcés, de s’exprimer sur un texte dont l’Europe a plus que jamais besoin.

 Forte de cette première expérience constitutionnelle, parce que près de la moitié des Français se sont prononcés en faveur du texte et parce que une bonne partie des personnes ayant voté NON souhaitaient une intégration plus approfondie au niveau européen, un nouveau processus de négociation devrait être engagé. Il exigerait la convocation d’une assemblée constituante et l’organisation d’un référendum paneuropéen pour l’adoption du texte finalement élaboré.

 Parce que l’Europe d’aujourd’hui, orpheline d’une Constitution, est une Europe en panne. Parce que le contexte international actuel impose une union politique, union qui ne peut naître que d’une constitution qui renforcera la capacité décisionnelle et opérationnelle de l’UE.

 Parce que l’Europe sera fédérale ou ne sera pas :

 Les Jeunes Européens France attendent de ceux qui prêchent une Europe sociale, compétitive, efficace, démocratique, et donc une Europe forte, qu’ils concrétisent leurs propos et fassent de l’Europe un sujet majeur du programme électoral qu’il présenteront dans le cadre de la campagne présidentielle de 2007.

 Parce que les citoyens ont trop longtemps été privés d’informations honnêtes sur l’Europe.

 Parce que le mini-débat européen s’est trop longtemps fait sans eux.

 Parce que l’Union Européenne a trop souvent servi de bouc-émissaire à des politiciens incapables d’assumer leurs défaillances.

 Parce qu’enfin la France porte une lourde responsabilité à l’égard de ses voisins européens, et qu’elle se doit donc d’initier un projet ambitieux pour l’Europe, les Jeunes Européens France font appel à la flamme européenne que tout homme politique désireux d’offrir un avenir digne à la France, se doit d’illuminer.

 Tous vêtus de noir, les Jeunes Européens - France exprimeront leur deuil face une Europe toujours sans constitution lors d´un sit-in le 28 mai prochain, sur le terre-plein de l´Arsenal - place de la Bastille à Paris à partir de 14h

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Publié dans Europe

Commenter cet article

marc d HERE 29/05/2006 11:58

Un an après le NON français (puis néerlandais) au référendum sur le traité constitutionnel, l’Europe n’avance plus : les réformes économiques et sociales sont arrêtées, l’élargissement fortement ralenti, le budget européen ne progresse pas,  le repliement sur les intérêts nationaux devient la règle….
L’impasse institutionnelle perdure et s’aggrave même,  puisque les ministres des Affaires Etrangères des 25 viennent de « décider » de prolonger d’un an, la période « de réflexion »…
Les anciennes  déclarations des  opposants à l’Europe (de Buffet à Fabius…), selon lesquelles le NON permettrait de rendre à l’Europe son dynamisme et de prendre un nouveau départ, montrent leur caractère illusoire ou mensonger…
Le redémarrage de l’Europe, ne peut venir que d’initiatives que prendraient  les partisans du OUI. La victoire à la présidentielle française d’un candidat ayant fermement défendu le OUI, et s’affirmant toujours partisan de la relance européenne (ils ne sont pas légion…) faciliterait les choses. Pourtant cela n’enlève pas à la société civile sa responsabilité, et la nécessité qui est la sienne de jouer un rôle décisif  dans cette relance. Avec les « Jeunes Européens », avec le « Cafecs », avec « Sauvons l’Europe », IES veut y participer pleinement.

Marc 

Solidarites et Libertés 27/05/2006 08:30

En effet, bonne initiative des Jeunes Européens France.
Ce texte dit bien l'essentiel. "L'Europe sera Fédérale ou bien ne sera pas". C'est tout à fait ce que je dis depuis ce 29 Mai.
Alors, il sera nécessaire de réecrire une Constitution. Celle-ci devra être comprise par tout le Monde, stipulant des principes clairs d'organisation des Institutions avec un Parlement fort, un Président Européen, un Gouvernement "Fédéral"...
La Constitution devra permettre de rapprocher l'Europe des Citoyens. Car, elle doit se faire avec et pour les Européens.
On ne peut pas concevoir un tel divorce avec une Europe à peine naissante avec les Européens eux-mêmes. Elle aura, peut-être, pour nouveau rôle de redonner confiance aux Citoyens. Ce que les Etats, comme la France, ne parviennent plus à faire pour le moment.
L'Europe, c'est l'avenir pour nous tous. Et, on fait comme si c'était notre passé. C'est dommage. Parce que cette crise, on la résoud, maintenant, ou il sera trop tard...

Europeos 25/05/2006 19:05

Pourquoi en noir ? Pourquoi célebrer un deuil ? L'Europe doit être vivante !
 

jo 25/05/2006 16:06

Bravo et merci pour cette tribune et cette initiative.
Et si Bernard Kouchner était celui qui répondait à vos attentes européennes au cas où il s'engagerait dans la campagne présidentielle de 2007 ?

Guillaume 24/05/2006 18:55

Une telle initiative doit être saluée.où sont passés tous les plans B promis par dizaines ???