De l'immigration mondialisée...et du rôle de l'ONU

Publié le par Claude Bodin

Un premier article sur la question de l'immigration....

Aujourd'hui nul ne peut ignorer vraiment ce qui se passe sur l'ensemble de notre planète : l'information comme l'économie est mondialisée.
Nous assistons ainsi,quasiment en léger différé , aux évènements médiatisés du monde entier.Pour rester à l'écart du brouhaha du monde,se réfugier dans notre tour d'ivoire,il faudrait jeter aux oubliettes radio,télévision et journaux
Ce n'est pas là le choix de la plupart de nos concitoyens.
Ainsi deux phénomènes ordinaires de l'actualité de nos médias sont quotidiennement à la une médiatique de notre information : l'Immigration et les aléas du PPM ou Paysage Politique du Monde .

Sur l'Immigration,on a tout dit,tout distingué, l'immigration sauvage,clandes-tine,choisie,accueillie,rejetée,transportée,etc...mais pour faire court,disons que ,pour beaucoup de candidats à l'immigration,extérieurs à l'Union Européenne,il s'agit d'hommes,de femmes et d'enfants qui fuient la misère,la faim,l'insécurité totale sous toutes ses formes,les massacres.Ce n'est certes pas nouveau mais là aussi c'est devenu maintenant une immigration mondialisée !

Face à une telle situation,il y a l'accueil dans nos sociétés relativement privilégiées avec tous les aléas socio-politiques que cet accueil fait naître et les risques réels de fragilisation et de déstabilisation encourus par nos pays développés ;il y a aussi quelques " aventureux " politiques courageux et non conformistes qui essaient de promouvoir l'idée que la solution est plutôt d'aider les immigrés potentiels à rester chez eux, en finançant des programmes de développement économique dans leurs pays d'origine .
A partir de cette idée,un certain nombre d'actions ont été initiées : aide financière au retour pour les immigrés ,aides financières aux pays d'origine concernés pour développer leur économie et les emplois .
L'échec a été plus souvent au rendez vous que le succès : il n'y a pas à chercher bien loin pour en découvrir les raisons.

La cause principale réside dans la réalité de la situation d'une grande partie des pays d'origine de l'immigration,pays qui n'ont qu'une apparence d'Etat et n'en réunissent pas les conditions institutionnelles ,les caractères de puissance publique,d'autorité de l'Etat présente de manière égale sur l'ensemble des territoires,d'égalité des populations devant la loi : ce sont là quelques conditions a minima qui font d'un pays,un Etat ;quant aux aides économiques versées par des Etats développés et des organismes internationaux,la corruption et les détournements de ces aides financières au profit de gouvernements oligarchiques corrompus sont devenus des faits habituels qui ne surprennent plus grand monde !
Abstaction est faite ici des choix idéologiques des majorités politiques ou des oligarchies qui se trouvent à la tête de ces Etats " fantômes ".Bref ,sur notre planète,il y a des pays qui sont réellement des Etats et d'autres qui n'en sont pas ou n'en sont plus.

Que devons nous faire ? Continuer à gérer les flux d'immigration au jour le jour,tant bien que mal,plutôt mal que bien,assister impuissants ou indifférents aux désordres abyssaux de pays que fuient par tous les moyens leurs populations !

Je ne crois pas que l'on puisse encore longtemps rester dans cette expectative.
Bernard KOUCHNER a été et reste un ardent défenseur du devoir d'ingérence humanitaire,égratignant ainsi la sacro-sainte règle de droit international,le principe de souveraineté des Etats,encore faut-il qu'il y ait réellement des Etats !

La difficulté est de reconnaître,de décider à partir d'un certain nombre de critères la nature réelle d'un espace territorial : seules les Nations Unies peuvent le déterminer en établissant ces critères ;elles demeurent une sorte de label pour un pays qui,devenant membre des Nations Unies,est de facto et de jure reconnu comme un Etat.Ainsi,le rôle des Nations Unies,un " machin " incontournable aujourd'hui, s'avère central dans la gestion et la solution des problèmes internationaux.

Bernard KOUCHNER,toujours lui,a été plus loin que le simple devoir d'ingérence humanitaire en s'engageant plus politiquement et en assumant,au nom des Nations Unies,la responsabilité d'une sorte de mandat international sur le KOSOVO .

Je crois que la réponse à mon questionnement sur l'immigration mondialisée est là en puisant dans le sac à solutions de la Société des Nations,prédécesseur des Nations Unies et dans le gros sac des expériences accumulées de ces dernières depuis sa création en 1945 ( casques bleus,blancs,forces PRONU,mandat sur le KOSOVO,etc... ).
Il faut que les Nations Unies évoluent,s'affirment en restaurant,avec d'autres règles,les mandats internationaux.

Après un inventaire ( il existe sans doute déjà ) des " Etats " en quasi déshérence,inventaire qui n'exclue pas la prise en compte d'une sorte d'échelle des situations institutionnelles des pays inventoriés,les Nations Unies doivent pouvoir décider de prendre en charge des pays qui ne réunissent plus ou pas encore les conditions a minima qui font d'un pays un Etat.A ce titre,compte tenu des désordres et de la disparition de la puissance publique au sens du droit international,compte tenu aussi des flux d'émigration qui en découlent,le pays concerné devrait être placé autoritairement sous le mandat international d'un Etat capable d'assumer ce mandat,là aussi en fonction d'un certain nombre de critères à définir par les Nations Unies ;en particulier,l'Etat ou la Communauté d'Etats mandataire doit être reconnue capable de respecter les conditions du Cahier des Charges de l'O.N.U et de conduire le pays sous mandat à une situation institutionnelle,sociale,
Economique et politique conforme aux objectifs fixés par le Cahier des Charges.Ce dernier fixerait la durée du mandat avec possibilité de le réduire ou de le proroger,les modalités du contrôle périodique opéré par les Nations Unies sur le respect et l'état d'avancement des clauses du Cahier des Charges,etc...
C'est alors que,dans le cadre de ces mandats internationaux,une aide économique réelle et contrôlée ,y compris à l'encontre du mandataire,pourra être apportée au pays sous mandat,aide provenant d'un certain nombre d'Etats développés via des organismes internationaux économiques et financiers déjà existants ( BIRD,FMI,etc...) .On peut espérer alors limiter très sensiblement les " déperditions "en ligne des aides ,développer réellement l'économie des pays sous mandat et les emplois qui permettent de réduire les flux d'émigration vers les pays développés.

Qu'en pense,au premier chef,Bernard KOUCHNER ?
Qu'en pensent tous ceux qui ne cessent,comme moi-même,de s'interroger sur l'état du PPM ( Paysage Politique du Monde ) et sur les malheurs de ces populations terrorisées,affamées,poussées à l'immigration par une nécessité vitale ?
Qu'en pensent aussi tous ceux qui sont auprès des Immigrés pour les aider,les assister et qui,pour un certain nombre,voient plus loin que la revendication franco-française de l'accueil tous azimuts et sans limites ?
Qu'en pensent enfin les Evêques de France,tout émus du projet de loi Sarkozy,mais que je ne crois avoir lu ou entendu sur une perspective plus large relative à l'Immigration ?

Claude BODIN.

Commenter cet article

marc d HERE 12/06/2006 10:35

Deux  bonnes nouvelles en provenance d'Irak...soulignons les car elles ne sont pas courantes:  l'élimination de Zarkaoui (et de certains de ses adjoints) et la constitution enfin définitive du gouvernement.
L'Europe et la France demeurent indifférentes alorsqu'il serait temps d'apporter aide à ce gouvernement.
marc

marc d HERE 23/05/2006 09:45

Prolongation de mon premier commentaire.
Encore une fois c'est Blair qui a raison...;Il vient de se rendre à Bagdad pour saluer la nomination du gouvernement Irakien et lui apporter son soutien ....Où est l'Europe? 
marc

marc d HERE 21/05/2006 16:34

Nous devons réflechir , plus que nous ne l'avons fait jusqu'alors, à cette question de l'immigration, et un des groupes de travail d'IES s'y consacrera....
Entre les deux extrêmes que sont le refus de l'immigration (illusoire et inhumain)  et l'acceptation sans limite de l'immigration (nous ne pouvons accepter toute la misère du monde disait Rocard...) il est légitime et responsable de fixer  une politique Française, qui pourrait être articulée à une politique Européenne.   Je souhaite que ce débat , dans ses aspects humains, économiques et sociaux, prenne sa place sur ce blog (on envisage également une réunion publique sur ce thème)...Une idée en tous cas devrait à mon sens guider notre réflexion, celle d'une immigration "concertée" avec les pays source d'immigration.....
Marc d'Héré

marc d HERE 20/05/2006 18:31

Un commentaire qui n'a qu'un rapport lointain avec le sujet, mais qui concerne ces Etats en quasi deshérence dont parle Claude Bodin et la responsabilité de la communauté internationale.
On vient d'annoncer aujourd'hui que le gouvernement Irakien a été investi par le Parlement.
C'est enfin une (légère)  avancée démocratique et il serait bon que la France et l'Europe accordent sans plus tarder leur aide , sur les plans politiques, économiques et sur celui de la sécurité,  à ce gouvernement légitime.