La Conjonction des Centres...et IES

Publié le par marc dHERE

Il y a quelques jours, François Bayrou a voté la censure et affirmé son intérêt pour le centre gauche.... Le même jour, Bernard Kouchner, qui peut être considéré comme un  représentant de ce centre gauche réformiste et ambitieux, s'est félicité du courage de Bayrou et affirmé pouvoir travailler avec le centre droit, dont les idées lui paraissent intéressantes. D’autres, tels Gérard Collomb ou Jean-Marie Bockel ont exprimé des opinions proches, parlant même d’alliance possible avec l’UDF. Voilà un langage qui, il y a quelques mois,  était  totalement tabou au sein du PS ....

 « Initiative Européenne et Sociale »  qui s’est constituée dans le but même de favoriser la conjonction des centres (voir article « Oui au centre »), ne peut que se réjouir de voir que celle-ci commence à devenir une perspective alors qu'il y a quelques mois elle apparaissait totalement utopique... Plus encourageant encore, c’est, à l’évidence, autour des idées fortes  que développe et  préconise IES que cette conjonction pourrait se réaliser :

La relance de l’Europe politique,

La rénovation et la modernisation de l’Etat et des services publics, allant de pair avec une limitation des dépenses publiques, pour réduire les déficits et la dette,

Une  politique pour l’emploi mettant en œuvre une vraie « flexsécurité », protégeant les individus et non les activités obsolètes, basée sur l’incitation et la responsabilisation,

Une politique économique dynamique basée sur l’initiative et la concurrence régulée permettant le développement, condition de la solidarité,

La lutte contre la précarité en ciblant les interventions sur les publics les plus vulnérables, et une politique d’intégration et d’insertion sociale généreuse,

 

Une exigence  écologique   et de développement durable irriguant tous les aspects de la politique nationale et de coopération internationale,

 

Une large participation citoyenne et de l’ensemble des acteurs sociaux,

 

Des réformes institutionnelles telles que le mandat unique, une forte dose de proportionnelle pour les futures élections et un rôle accru du Parlement….

….Même si nous n'y sommes pas encore, on commence à réaliser  qu’une telle alliance, pour gouverner un jour et réformer la France ,  n’est plus totalement utopique.

Plus que jamais  nous devons agir pour renforcer ce que nous appelons le centre gauche, car cette éventuelle réunion des centres ne sera envisageable que si le centre gauche est assez fort pour oser dépasser la "gauche plurielle" et être une force d’entraînement.

Nous allons continuer à agir dans ce sens, mais nous avons besoin, pour le faire avec efficacité,  que vous soyez  nombreux à   accompagner notre démarche, à appuyer notre action….. et même   à   nous rejoindre.

Pour participer aux groupes de travail qui viennent de se mettre en place pour  élaborer et préciser notre projet, pour donner à notre expression publique son poids et son ampleur, pour nous proposer des initiatives concrètes et les accompagner, pour préparer avec nous les  prochaines échéances politiques et électorales….rejoignez Initiative Européenne et Sociale….

Marc d’Héré   

 

Publié dans Vie politique

Commenter cet article

Solidarites et Libertés 10/06/2006 22:25

Je peux vous dire qu'à l'UDF, ils ne sont pas prêts à s'allier avec le PS, parce que lorsque l'on voit son nouveau programme, c'est digne de celui de l'extrême-gauche ou de l'état-major Stalinien...
Il n'est pas question pour l'UDF de traiter avec des gens qui veulent gauchir le discours, qui veulent marxiser l'économie et qui sont plus attachés à la camaraderie avec la LCR et le PCF qu'aux affaires de la France.
Non, ce que veut l'UDF, c'est travailler avec le centre-gauche. Kouchner, Collomb, Rocard et Blanc, ce n'est pas le PS. C'est la partie sociale et libérale de la gauche. C'est ce que l'on appelle le centre-gauche.
Dire que l'UDF travaille main dans la main avec l'UMP dans les départements. Oui, c'est vrai. Mais cela ne veut pas dire que l'UDF est la photocopie de l'UMP. Mais cela veut dire justement que les clivages "gauche-droite" ne sont plus bons. Ce ne sont plus les mêmes. Le centre-gauche doit être capable de travailler avec l'aile gauche de l'UMP. Surtout qu'on dit souvent la même chose. Voilà le message de l'UDF.
L'UDF n'a jamais dit qu'il fallait s'engauchir et traiter avec les gauchistes que sont devenus le PS, mais il s'agit de travailler avec les plus raisonnables du PS qui sont proches de notre idéal.
Attention de ne pas tout confondre. L'UDF n'a rien et n'aura jamais rien en commun avec la plupart des Socialistes pronant la "dictature du prolétariat" à la Hollande ou à la Fabius.
Merci
Solidarités et Libertés

Professeur Couillon 09/06/2006 11:48

Que François Bayrou ait enfin compris qu'il vaut mieux, dans l'intérêt du pays, gouverner avec une gauche pas trop idéologiquement crispée qu'avec une UMP dont le président rêve d'une OPA sur la démocratie est en soi une bonne nouvelle.
En effet, la gauche de gouvernement, notamment le PS et les Verts, et le centre peuvent se retrouver sur quelques-unes de leurs valeurs fondamentales : la démocratie (rôle accru du parlement, limitation du cumul des mandats), un nécessaire rééquilibrage social (remise en marche de l'ascenseur social, protection du parcours professionnel) et une non moins nécessaire économie saine, l'urgence des questions concernant le développement durable, et surtout la relance de la construction européenne sur des bases tenant compte du résultat du référendum du 29 mai...
Pour autant, je crois comprendre que l'UDF reste ancrée à droite (politique malgré tout libérale, inspiration chrétienne trop marquée, un certain conservatisme dans les questions "sociétales"). Aussi, seul un centre gauche, dont vous reconnaissez vous même le caractère marginal, peut sérieusement envisager une alliance avec ce mouvement. Fondamentalement, le PS reste un parti de gauche, appelé à être élu par des électeurs de gauche, pour mener avec d'autres formations de gauche une politique de gauche. Un soutien de l'UDF serait évidemment le bienvenu et pourrait même se traduire concrètement par une participation discrète et constructive au gouvernement (à condition, du moins, de ne pas proposer Gilles de Robien comme ministrable).
Cependant, je ne crois pas que ce soit l'objectif de François Bayrou de s'allier à la gauche, même modérée. Lui-même engagé dans la course à la présidentielle (légitimement, en tant que représentant d'un courant de pensée de droite mais qui ne peut se dissoudre dans l'UMP), il chercherait plutôt à rassembler au-delà de son propre parti, qui reste très minoritaire. C'est de bonne guerre : Sarkozy essaie de râcler à droite, de Villiers voudrait aspirer l'électorat frontiste, Ségolène Royal elle-même, par ses déclarations récentes, cherche à séduire des indécis qui pourraient bien pencher vers l'UMP... ou l'UDF. Mais au fond, son intention reste de défaire la gauche, en l'occurrence au profit d'un centre assez largement théorique.
Tout cela me menant à une conclusion qui ressemble fort à celle de Fred (dans le commentaire n°4) : il appartient au candidat PS de se faire élire sur la base d'un programme réformiste (de gauche), il appartient à la gauche d'obtenir une majorité parlementaire, quitte à se retrouver ensuite, sur certaines des questions fondamentales évoquées plus haut, à travailler au parlement avec des élus centristes.

Guillaume 24/05/2006 16:24

Le même propos semble d'actualité en Angleterre, du moins pour le Times, pour lequel l'opposition politique ne se définit plus en terme de gauche contre droite mais de progressistes contre réactionnaires :http://www.timesonline.co.uk/article/0,,6-2192093,00.html

marc d HERE 22/05/2006 16:12

Les contacts avec Energies Démocrates sont bons...A dire vrai, on ne sait pas trop quelle est la stratégie de Christian Blanc....Qui n'intervient que sur quelques sujets, demande un jour le départ de Chirac (!) et refuse un autre de sanctionner Villepin....
C'est un parti bien peu "transparent"....mais sans doute pas éloigné de nous au bout du compte. Tout de même, pour nous l'avenir d'un centre gauche, généreux, ambitieux, Européen c'est plutôt Kouchner.

Stéphane 22/05/2006 15:22

Je ne crois pas à une alliance de techo-structures PS-UDF par magie, je crois en revanche qu'une force, aussi minime soit elle, doit émerger pour bousculer les partis majoritaires. Ceci dit, sur une nation aussi grande que la France, j'ai du mal à voir les possibilités d'émergence d'une telle force ... à part l'éternel homme providentiel qui peut capter 13-15% del'électorat sans forces de terrain structurées : Tapie à l'époque, Kouchner aujourd'hui ?
Quid du parti qui est quand même très proche de IES, "Energie Démocrate" de Ch BLANC ? Quels sont les contacts en cours ?
Elections : Blanc, Kouchner ? centre droit modernisateur/réformateur ou centre gauche moderniste/réformiste ? ...