De la repentance et des lois mémorielles

Publié le par Claude Bodin

Claude Bodin prolonge la réflexion ouverte par l'article d'Octave Lostie sur le génocide arménien....

Il s'agit là d'un phénomène très contemporain amorcé par la repentance publique et officielle de l'Eglise catholique envers la communauté juive,repentance portée par la voix de Jean Paul II et suivie des quasi repentances contenues dans les lois mémorielles GAYSSOT et TAUBIRA. Que penser de ce phénomène ? Comme beaucoup,et j'en fais partie,il arrive qu'on balance entre la reconnaissance légitime des rappels à la mémoire et un agacement généralement bien dissimulé! Pourquoi parler d'agacement ? Ce n'est pas du tout pour méconnaître la réalité assez terrifiante de la vérité historique et des abîmes dans lesquels l'humanité peut sombrer,c'est plutôt pace que les lois mémorielles ne s'adressent pas aux acteurs du passé mais bien aux citoyens d'aujourd'hui,des lois qui ont par nature un caractère volontiers péremptoire à l'encontre de ceux qui sont les autres,ceux de l'autre "camp" dans une sorte d'inconscient collectif,ceux qui ne sont pas ou qui n'appartiennent pas aux minorités protégées par les lois mémorielles.C'est une situation de non dit qui fait naître chez le citoyen ordinaire un certain malaise .

Peut-on en débattre sereinement ? Il y a pourtant une réflexion à mener à laquelle je vais tenter de participer ! Sans doute faut-il rappeler quand même qu'on ne peut pas considérer tous les évènements et tous les acteurs de l'Histoire avec nos idées sociales,politiques et morales de 2006,en tout cas avec celles communément admises dans nos societés occidentales.Mais il faut bien trouver un paramètre,une règle,une clé, qui nous permette de relier entre elles et d' expliquer les évolutions des moeurs sociales,politiques et morales des societés humaines,évolutions qui se confondent avec la trame de l'Histoire des Hommes.

L'esclavage antique,la pédophilie admise de philosophes grecs de l'Antiquité par les societés de leur temps ,les persécutions diverses contre les minorités ethniques ou religieuses au Moyen Age,les ordalies et la torture comme moyens d'exercer la justice,la peine de mort judiciaire,les exterminations des campagnes militaires,toujours au Moyen Age,l'esclavage des Temps modernes lié à la traite négrière ( 17ème,18 ème,19 ème siècles ),plus près de nous,les génocides arméniens et juifs, la condition de la femme et celle des enfants,l'homophobie... on n'en finirait pas d'énumérer ce que l'évolution de la conscience morale collective a reconsidéré ,condamné et réformé par son action sur nos societés humaines. Je parlais de règle,de paramètre,de clé,c'est effectivement la lente évolution d'une composante quasi métaphysique de cette singularité du monde du vivant qu'est l'être humain,composante qu'on peut appeler "l'éveil de la conscience collective",celui-ci étant très naturellement précédé de l'éveil des consciences individuelles. C'est,me semble-t-il,la meilleure explication qui permette de relativiser nécessairement des phénomènes de societé,temporellement éloignés,comme l'esclavage antique,norme ordinaire,à l'époque considérée,des relations conflictuelles entre peuples.On peut en dire autant des normes sociales,morales et politiques collectivement admises au Moyen Age et pendant une partie des Temps modernes.

On ne peut pas tenir ce raisonnement lorsqu'on se rapproche des temps contemporains,c'est à dire les 19 ème et 20 ème siècles ,à des moments où "l'éveil de la conscience collective" a évolué de telle manière qu'elle précède et interdit socialement et moralement des phénomènes attentatoires aux droits de l'homme et a fortiori des entreprises génocidaires telles que les exterminations programmées des Arméniens et de Juifs .Cet éveil de la conscience collective était-il suffisamment avancé pour interdire moralement et socialement la dernière période de la traite négrière,voire la colonisation et l'édification des empires coloniaux du 19 ème siècle? Moralement,je le crois,socialement et politiquement,certainement pas en y ajoutant d'ailleurs la bonne dose d'hypocrisie des pouvoirs politiques dominants dans nos pays d'Occident ! A partir de ces éléments de la base de réflexion,le caractère contemporain des actes considérés et l'existence préalable d'un éveil suffisant et nécessaire de la conscience collective pour appréhender la nature "inhumaine" ' d'un certain nombre d'actes, de normes de societés,il me paraît justifié et nécessaire que les lois mémorielles existent avec la réserve,quand même, que ces lois ménagent un certain espace de liberté à la recherche historique .

J' ajoute à mon propos un autre argument en faveur des lois mémorielles dont le caractère contemporain est évident: les descendants des persécutés,des exclus d'hier ou d'avant hier sont au milieu de notre societé citoyenne française et européenne,comme les exclus d'aujourd'hui;ils ont tous le droit d'être protégés par la loi au nom même des trois grands principes de notre devise républicaine,Liberté,Egalité et Fraternité.

Claude BODIN.

Publié dans Réflexion politique

Commenter cet article

marc d HERE 13/10/2006 15:40

Cher Gilbert,
Je ne parviens pas à lire ta "pièce jointe"....Pourrais-tu me renvoyer ton article à la suite de ton message?...
marc

Gilbert Veyret 13/10/2006 09:56

Bonjour cher Marc. Peut-on rire de tout, même de l'évocation d'un génocide? Oui, mais pas avec n'importe qui, aurait répondu  Pierre Desproges.   C'est parce que je ne considère pas les "blogueurs " d'IES comme n'importe qui que je me suis permis  un coup de gueule, certes d'assez mauvais goût contre cette proposition   de loi électoraliste, votée en première lecture à l'Assemblée. ( je vous l'envoie)Mais il y a vraiment de quoi piquer une colère contre cet excès de démagogie, partagé d'ailleurs dans tous les partis.  Et pendant ce temps là la planète brule, comme l'a justement dit Jacques Chirac . C'est fort bien expliqué dans le film d'Al Gore, " Une vérité qui dérange" j'invite tous mes amis à aller le voir..

marc d HERE 12/10/2006 14:18

Finalement l'Assemblée a voté la proposition de loi socialiste pénalisantla négationdu génocide Arménien.... Ce n'est sans doute pas une bonne chose......Toujours aussi courageux nos députés, dont 450 se sont abstenus ou n'ont pas participé au vote.
marc

marc d HERE 12/10/2006 09:48

Sujet qui revient d'actualité au moment ou la proposition de loi socialiste sur l'interdiction de contester le génocide Arménien revient devant le Parlement. Même si l'on pense qu'il s'agissait bien d'un génocide (et ça l'était) est-il juste d'interdire à ceux qui ont d'autres opinions,, à des chercheurs, d'exprimerces opinions et les menacer de prison. Est-il juste et démocratique d'enfermer l'histoire dans une version officielle et définitive? 
marc