Une double proposition de loi très dangereuse

Publié le par Octave Lostie

Jeune militant gaulliste de gauche puis du parti socialiste avec Michel Rocard, dès mon plus jeune age, j'ai toujours combattu toutes les menaces liberticides. Mon adhésion à la Gauche libérale européenne n'a fait que renforcer cette conviction.

            Un loi reconnaissant le génocide arménien avait été adoptée. Sur le principe - non sur le fond - elle était déjà discutable, mais elle a été adoptée et a pu frapper les esprits en provoquant un débat salutaire sur une part dramatique de l’histoire turque.  Le Parlement européen lui-même a eu à en débattre. Mais condamner par avance ceux qui ne partagent pas cet avis constitue une dangereuse menace.

Si la double proposition de loi socialiste/UMP (symptôme significatif d’un certain électoralisme déjà observé lors du referendum ?) est adoptée, alors pourquoi ne pas poursuivre et interdire tout débat sur la réalité du génocide qu’auraient constitué l'esclavage et la colonisation, et puis le Cambodge, Rwanda et la Bosnie, sans oublier les massacres vendéens et tellement d’autres…  Il ne s’agit pas ici de la reconnaissance ou non d’un fait à l’appréciation des historiens et politiques, mais de la seule  liberté de pouvoir émettre un avis différent de la vérité officielle.

 

Ainsi, par exemple, les signataires de la pétition refusant la censure faite à Peter Handke (ou par ricoché éventuel de l’histoire, les signataires de la contre pétition) et les 700 signataires de l’appel lancé par l’association « Liberté pour l’histoire » créée pour refuser d’enjoindre aux enseignants d’évoquer dans leurs cours  le rôle positif de la présence française outre-mer, pourront être condamnés.

 

Les députés socialistes, alors interpellés sur ce dernier sujet, avaient du faire finalement machine arrière (dès le départ plusieurs s’étaient désolidarisés)  et avaient logiquement et de manière plus réaliste refusé au Parlement le droit de légiférer sur l'Histoire de la colonisation.

 

Alors deux poids, deux mesures ?

            Cette nouvelle double proposition PS-UMP qui vise à condamner tout "négationnisme" sur le sujet  risque pourtant d'ouvrir grande la boite de Pandore et une certaine banalisation du négationnisme n'est pas loin.

            De telles initiatives ne sont pas pour améliorer l’image de la France comme « patrie de droits de l’homme et de la liberté »  à l'étranger, et pas seulement en Turquie.   Notre pays est il actuellement  le mieux  placé pour donner de leçons de démocratie au monde ?

            Ceux qui connaissent la Turquie moderne, forte de sa diversité culturelle et savent les efforts considérables effectués ces dernières années en dépit de nombreux obstacles et aiment ce pays, comme ils aiment l'Arménie,  et dont certains avaient approuvé la reconnaissance, par la loi française, du génocide arménien, sont atterrés.  (cf l’appel lancé par les intellectuels démocrates turcs, dans Libération en date du 10 mai 2006)

 

            Qu’au moins, un large débat puisse s’ouvrir sur l'opportunité d'un telle proposition de loi avant qu’elle ne soit soumise au Parlement, car elle dépasse largement son objet par les menaces qu’elle fait peser sur les libertés fondamentales.

 

            Ce n’est évidement pas la volonté de ses promoteurs, à l’UMP comme au PS, qui ont tenté de répondre à la douleur toujours présente des familles arméniennes en France.  IL ne s’agit pas de caricaturer qui que ce soit, mais simplement de prendre conscience des graves  risques évoqués… qui n’ont pas à voir avec le sujet.

 

            Cette réaction n’est pas celle d’un extrémiste, pas plus que celle, plus clairvoyante, de Luc Ferry dans Le Monde de ce vendredi 12 mai. J’espère que d’autres se manifesterons aussi à gauche dans le même sens.

 

Octave Lostie

Les notes jointes à cet article seront publiées en commentaires

Commenter cet article

Ali K. 05/10/2006 01:57

Bonjour,Comme vous savez cette loi revient à l'assemblée nationale le 12 octobre. En tant que turc qui comprend pourquoi on parle du génocide arménien, je suis favorable pour qu'en Turquie ce sujet se discute librement. Mais je suis contre à toute initiative de loi "mémorielle". Un article a été rédigé sur ce sujet sur le site http://turquieeuropeenne.over-blog.comCordialement

marc d HERE 18/05/2006 15:53

Débat confus à l'Assemblée sur cette proposition inepte du PS.... la suite du débat est repoussée au moins jusqu'à octobre....Sans doute même ne seront-ils pas repris.....Tant mieux, mais le Parlement et le PS ne se sont pas grandis dans cette affaire.
marc

lo 17/05/2006 23:08

Existe-t-il des possiblités de recours si cette loi devait être votée (au niveau européen par exemple ?).
Quoi qu'il en soit la Turquie n'avait pas besoin de cela pour continuer ses efforts de démocratisation (réels)...alors que nous (l'Europe) pourrions bien avoir besoin d'elle plus vite que nous ne le pensons. Combien de temps les turques vont ils encore supporter tant d'humiliations...

Octave Lostie 17/05/2006 22:01

Attention Danger
 
Des parlementaires de gauche auront ils le courage de ne pas suivre la discipline de groupe ?  Les effets désastreux  et irresponsables de la proposition de loi du Parti Socialiste sur la criminalisation de toute discussion relative au génocide arménien sera bien examinée ce jeudi à l'Assemblée Nationale. Les réactions reçues de nos amis  démocrates turcs, qui ne comprennent pas la position de PS, font l'objet d'un entretien, dans le Monde de ce jeudi 18 mai, avec l'historien turc Halil BERKTAY. Celui-ci souligne les effets désastreux de cette propisition de loi. J'en suggère fortement la lecture. Halil Berktay, qui avait reconnu le génocide rappelle que "le paysage intellectuel en Turquie a changé sur le génocide arménien".  O.L.

marc d HERE 17/05/2006 09:39

La protestation d'Octave Lostie contre cette proposition de loi PS doit être entendue et relayée. Le grand historien Pierre Nora écrit dans le Figaro de ce matin " il n'est pas de la compétence du Parlement de légiférer sur le passé car cela aboutit à créer une vérité officielle"....Il est inadmissible de vouloir instituer des SANCTIONS PENALES contre toute personne qui , historienne ou non,  serait amenée à contester la vérité officielle...C'est une atteinte grave  à la liberté de penser , et de s'exprimer ...Les trois présidents de groupe Jean-Marc Ayrault (PS) Bernard Accoyer (UMP) et Hervé Morin (UDF) ont fait  (discrètement) connaître leur opposition.....Mais pour des raisons électorales et démagogiques cette loi risque de passer....Nous ne pouvons l'admettre.
marc d'Héré