Un mercredi de mai...dans un an

Publié le par marc dHERE

Nous sommes le mercredi qui suit le premier tour des élections présidentielles. Nicolas Sarkozy qui a obtenu  30 % des voix et Laurent Fabius, qui avec 18 % a légèrement devancé Jean-Marie Le Pen, s’affronteront  au deuxième tour, dans moins de quinze jours maintenant.

Il fait beau, presque chaud déjà alors qu’il n’est que onze heures, dans ce joli port  de la côte ouest où, sur une terrasse se pressent journalistes, cameramen et photographes, qui viennent recueillir les déclarations de trois candidats du premier tour qui à la surprise générale ont choisi de faire une conférence de presse commune….Pour lequel des deux finalistes vont-ils se déclarer ?...La question est dans tous les esprits, sur toutes les lèvres….

 Il y a là, assis et souriants, Bernard Kouchner qui a réalisé 9,15% des voix le dimanche précédent, François Bayrou qui a obtenu  7,30% et Corinne Lepage qui a dépassé les 2%.  Ils font plus de  18 % à eux trois et leur décision, si elle est commune, mais comment ne le serait-elle pas s’ils ont choisi de s’exprimer ensemble,  pèsera lourd.

 

Quand Bernard Kouchner prend le premier  la parole, ce n’est pourtant  pas pour aborder ce point mais pour faire observer qu’en France l’élection décisive est l’élection législative, c’est elle qui désigne  la majorité parlementaire dont sera forcément issu  le gouvernement. Et c’est le programme de celui-ci  qui s’appliquera quel que soit le Président de la République. Les trois personnalités ici rassemblées annoncent donc qu’elles ont décidé de regrouper leurs forces et  leurs moyens  pour présenter ensemble, sous une étiquette commune,  des candidats à l’élection législative qui suivra la présidentielle. Dans les 577 circonscriptions un candidat ou une candidate représentera «  Le Sursaut  » appellation du parti qui les rassemblera et qui défendra leurs valeurs  et leurs objectifs, présentera leurs propositions communes.

 

Ce parti de « centre gauche » réformiste et résolument européen, défendra un programme de réformes ambitieuses :  

relance de l’Europe politique,

rénovation et modernisation de l’Etat et des services publics,

limitation des dépenses publiques pour réduire les déficits et la dette,  

politique pour l’emploi mettant en œuvre une vraie « flexsécurité », protégeant les individus et non les activités obsolètes, basée sur l’incitation et la responsabilisation,

politique économique dynamique basée sur l’initiative et la concurrence régulée permettant le développement, condition de la solidarité,  

lutte contre la précarité en ciblant les interventions sur les publics les plus vulnérables,  exigence  écologique   et de développement durable irriguant tous les aspects de la politique nationale et de coopération internationale,

large participation citoyenne et de l’ensemble des acteurs sociaux,

réformes institutionnelles telles que le mandat unique, une forte dose de proportionnelle pour les futures élections et un rôle accru du Parlement….

 

 « Et pour le deuxième tour…Qui soutenez-vous ?...Pour le deuxième tour ?..... » 

« Ah oui…le deuxième tour…..Et bien…celui…. qui s’affirmera le plus proche de ce programme….On l’annoncera mercredi prochain….sans doute… ou jeudi… »

 

 Deux mois plus tard…. Le candidat soutenu par nos trois personnalités a été élu. Aux  élections législatives qui  ont suivi, aucune des deux  coalitions de droite ou de gauche n’a obtenu la majorité absolue des sièges. Le «  Sursaut » avec  91 députés (dont 43 députées) est au cœur du dispositif. Rien ne peut se construire sans lui, sans sa participation qu’il souhaite active.  Il peut gouverner avec les républicains de gauche ou de droite, selon  la place qu’ils sont prêts à accorder à son programme de réformes, selon le courage qu’ils sont prêts à manifester dans l’oeuvre nécessaire de rénovation de notre pays. Le Président de la République a même choisi de désigner en son sein le nouveau Premier ministre, dont on dit qu’il pourrait être une femme….

Le secrétaire général de l’Elysée sort sur le perron, un papier à la main, et se dirige vers le micro installé en haut des marches ….. il fait beau cet après-midi  encore et il y a une très légère brise….

Marc d’Héré

 RAPPEL : La Fabrique Démocratique.

 Rendez-vous avec Bernard Kouchner, le 9 mai 2006,  à 19 heures 30, salle de l’école des mines, 270 rue Saint Jacques,  75005 Paris.    

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Commenter cet article

marc d'Here 10/05/2006 11:24

La campagne présidentielle pourrait être l'occasion de faire naître, ou en tous cas de donner visibilité à un mouvement de centre gauche, indépendant de la gauche plurielle, exprimant ses valeurs propres et ses propositions de réforme. Et c'est une fois constitué et  affirmé, que  ce centre gauche pourrait se rapprocher du centre droit pour développer une stratégie "centriste"  appuyée sur les deux éléments constitutifs de ce centre, l'élément de gauche, l'élément de droite.....
Alors, il est vrai que le temps paraît court pour y parvenir, l'élection présidentielle c'est demain, le temps entre la présidentielle et les législatives est très bref....Raison de plus pour pour ne pas perdre de temps.  Et puis tout ne s'arrête pas en 2007, il y aura 2008 et les élections municipales...;et  2012 n'est pas si loin....
marc
 

gilain 09/05/2006 22:33

Je crois que ce papier est définitivement très sérieux. Il ne s\\\'agit sans doute pas du meilleur qualificatif pour ce texte mais j\\\'ai bien aimé car il énonce certaines vérités qui pourraient devenir réalités.
L\\\'élection présidentielle se jouera sur l\\\'émotionnel comme le plus souvent ces dernières années. C\\\'est une des caractéristiques de notre Vème république. On peut cependant espérer que la compétence et le statut \\\"d\\\'homme d\\\'état\\\" puisse jouer un rôle. Dans ce cas l\\\'hypothèse FABIUS est très bonne surtout s\\\'il réaffirme ses convictions européennes.
Le programme de gouvernement se façonne aux législatives. On est d\\\'accord et c\\\'est bien à ce niveau qu\\\'il faut porter l\\\'effort. Comment ? et avec quels moyens ? L\\\'idée centriste libérale de gauche est parfaite mais intéresse-elle les français ? Alors convaincre dans chaque circonscription pour faire émerger des candidats, pourquoi pas ? Bernard Kouchner a pris ce chemin et le moment venu le seuil critique pourrait être atteint.
Finalement un \\\"ticket\\\" associant une figure présidentielle dans la bonne tradition française et un(e) chef de gouvernement (ayant dit oui à l\\\'Europe) porteur d\\\'idées centristes de gauche serait séduisant.

Vraiment j\\\'aime bien ce papier de marc d\\\'Héré. Pour que la France redevienne heureuse, il faudra sans doute pas être très loin de son rêve de Mai.

marc d HERE 09/05/2006 12:53

Si vous aviez bien lu notre blog, vous auriez constaté qu'il alterne les articles "sérieux" et les "divertissements"....Avec le risque de déplaire, selon les moments, aux uns ou aux autres...
Cela dit, à la réflexion, je me demande tout de même si cet article n'est pas plus sérieux qu'il n'en n'a l'air...
A vous.
marc

Christian BOIS 09/05/2006 12:44

A la lecture de votre blog, bien que ne partageant pas vos idées, je vous avais trouvé plus sérieux !

Candide 09/05/2006 09:20


Ni énarque, ni fonctionnaire il sait ce que chercher du travail veut dire. Il mesure la stupidité des 35 heures, il justifie l’augmentation du coût de la santé laissé à la charge de l’assuré, il a guerroyé pour le oui au référendum et s’offusque qu’un partisan du Non détienne le portefeuille européen dans le gouvernement fantôme de François Hollande. C’est en toubib qu’il porte un diagnostic exempt de dogmatisme sur l’état du pays. Il est fréquentable ce monsieur là : c’est bien ça qui dérange dans les états major.
 Mais y a-t-il un chemin hors des partis pour un homme crédible, lucide qui se méfie des vaches sacrées mais les tolère suffisamment pour payer sa cotisation de membre du PS. On doute qu’il ait encore quelque chose à espérer. En aucun cas ils ne l’adouberont mais ni Bernard ni Kouchner ne peuvent rêver de refaire le coup de Mitterrand, une OPA sur le parti des pachydermes.
 Si un Kouchner demain devait se présenter devant les électeurs c’est le système des partis qui s’écroulerait, leurs réseaux qui s’assécheraient, les copains qui se détourneraient et les permanents n’auraient plus qu’à  rejoindre l’ANPE la plus proche.
Pas de danger si Bernard y croit, Kouchner lui nous a laissé son adresse email : dès fois qu’on ait pour lui un emploi !
 kouchner@hotmail.fr