Inéluctable

Publié le par Gilbert Veyret

Inéluctable…..ou discutable…. ?  Ce billet d’humeur quelque peu  provoquant  de Gilbert Veyret peut nourrir la polémique……ou tout simplement le débat.

 

 

 

« Puisque ces phénomènes nous dépassent, feignons d’en être les organisateurs »

 

Jean Cocteau

 

  • L’évolution de notre démographie, l’ampleur de nos déficits sociaux rendent inéluctable l’allongement des périodes d’activités permettant de percevoir sa retraite, alors que les carrières stables sont de plus en plus courtes et inéluctable  la maîtrise des dépenses de santé, alors que les traitements efficaces sont de plus en plus coûteux.

     

  • L’atonie du marché du travail, en particulier pour les jeunes, entraîne, de façon inéluctable, une précarisation de l’emploi qui doit bien se traduire par l’ajustement du droit du travail, faute de pouvoir y remédier.

     

  • Notre créativité insuffisante et le coût du travail en France rendent inéluctables les délocalisations d’activités.

     

  • Nos difficultés économiques et politiques à accueillir les immigrés qui cherchent du travail en France conduisent inéluctablement à des mesures répressives à l’encontre de ceux qui tentent malgré tout de venir chez nous, voire même de ceux qui y sont depuis plusieurs années.

     

  • L’usure de notre modèle d’intégration républicaine amène inéluctablement une certaine communautarisation de notre société.

     

  • L’absence d’espoirs d’insertion professionnelle et sociale d’une partie des jeunes de quartiers dits sensibles rend inéluctables des explosions périodiques d’émeutes plus destructrices que revendicatives.

     

  • Notre incapacité collective à réduire nos déficits budgétaires et sociaux nous condamne inéluctablement à réduire nos marges de manœuvre financières et nos capacités d’investissements préparant l’avenir.

     

 Il est effectivement difficile de contester sérieusement  chacune de ces  difficultés ou de trouver des solutions viables à ces constatations, je dirai même ces truismes, sans en avoir une perspective globale et à moyen terme.

 

 Leur conjonction, à ce moment de notre histoire et l’absence de projets collectifs nous permettant de dépasser ces contradictions, marque justement l’échec actuel du politique ou du moins son incapacité à envisager l’avenir au-delà des prochaines échéances électorales. Nous serions ainsi condamnés à cette spirale dépressive dans laquelle nous semblons nous complaire

 

Gouverner ne serait plus prévoir et choisir, mais organiser la débâcle sur « des positions prévues d’avance » selon la formule des généraux en déroute.

 

Dés lors, il est peut être aussi inéluctable que les prochaines élections voient à nouveau le succès  relatif des populistes et démagogues de tous bords, derrière le parti majoritaire, celui des abstentionnistes.

 

 

Gilbert Veyret

 

Commenter cet article

Jacques Heurtault 02/05/2006 01:44

Il me semblait que c'était Talleyrand l'auteur de la citation donnée en exergue de l'article.

Jacques Heurtault 01/05/2006 22:31

Il me semblait que c'était Talleyrand l'auteur de la citation donnée en exergue de l'article.

Charles ANDRE 28/04/2006 10:13

Et si les abstentionnistes se fédéraient?