Ilan Halimi

Publié le par IES

Ilan Halimi est mort, victime de tortures  d’une violence et d’une cruauté  inouïes. Il est insupportable et inacceptable qu’un être humain puisse être traité de la sorte.

Pour manifester notre indignation, pour affirmer  la dignité de tout être humain,  pour marquer notre rejet du racisme et de l’antisémitisme qui semblent bien avoir eu leur part dans ce crime odieux, nous nous joindrons à la  manifestation qui aura lieu

 

DIMANCHE 26 FEVRIER à 15 HEURES, à PARIS,

 

de la République à la Nation , via le boulevard Voltaire.

 

 

Nous souhaitons que ceux qui se reconnaissent dans les valeurs et les objectifs d’IES, s’y rendent nombreux.

IES

 

Publié dans Société

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Fred de Et Maintenant ? 01/03/2006 11:53

Pour ceux que cela intéresse, j'ai publié mon analyse et les réflexions que m'inspire ce fait-divers sordide :
http://etmaintenant.over-blog.com/article-1999179.html

Marc d Héré 28/02/2006 13:15

Comme toujours, Jean-Marie, tu mets le doigt sur ce qui tracasse et interroge.... Quel était le sens profond de cette manifestation? Etait-il le même pour tous?...Fallait-il,  ne fallait-il pas aller à cette manifestation? On peut entendre les deux séries d'arguments...Nous avons fait le choix d'y aller, mais on ne peut pas ne pas t'entendre.
A toi;
marc

jm Bouquery 26/02/2006 08:29

Non, je n'irai pas...
Il était mon voisin. Je lis: "......qui semblent bien avoir leur part...........".Pour les valeurs d'IES, je n'irai pas dans les pas de nos princes chasseurs de caméra auxquels manquait juste Le Pen. J'attendrai que le suspect principal soit revenu d'Abidjan, ce qui n'est pas neutre, et que l'instruction ait prouvé que nous ne sommes pas au mieux des gribouilles gonflés de bonne conscience ce matin et oublieux demain. Je penserai à ses proches du jour et du soir, touchés par l'émotion collective mais éberlués par ce qu'elle devient dans des mains trop expertes. Je ne fuirai pas l'horreur absolue des atrocités sur un corps et l'insondable pauvre connerie des auteurs pour je ne sais encore quel théatre d'intentions.                jm