Donner plus de pouvoir au peuple

Publié le par Alan Milburn

Nos correspondants britanniques  de "Policy Network" nous adressent un article d'Alan Milburn, député travailliste très proche de Tony Blair, paru dans le "Guardian" du 21 février dernier. Ils nous autorisent à le publier, ce que nous faisons ci-dessous en Anglais puis  dans la traduction de notre ami  Bernard Berest .  

We can't let the right be the voice of the 'me generation'

 

 

A less deferential world threatens the legitimacy of our politics. The answer is to hand more power to people and communities

 

 

 

 

Progressive parties worldwide have yet to catch up with the new challenges we face. On the one hand, progressive values are winning the argument on global poverty, human rights and reformed public services. On the other, while progressive parties are winning elections in Britain, Norway and South America, they are losing them in many advanced industrial societies - Germany, Canada, the Netherlands, France and, of course, the US - when they have become disconnected from public concerns. That was the background to this month's meeting of Tony Blair, Thabo Mbeki and other progressive leaders in . In 1997, when the prime minister and President Clinton hosted a similar conference, things looked very different. Centre-left governments dominated Europe . Third-way thinking was in the ascendant. In the policy question was whether we could end the stop-go economic cycle and rejuvenate public services. The key political question was whether we could govern as a reformed centrist modernising party. New Labour answered both questions. Blair's government has achieved much in tackling poverty, increasing employment, modernising services. And he has reshaped the political landscape.

 

 

But now there is less certainty. There is a simple reason. The big challenges facing progressives are different from then - and we have not yet caught up. Massive structural shifts in the economy and society, largely brought by globalisation, are transforming the landscape. Change is faster. Competition is greater. Migration is bigger. Families are smaller. Communities are weaker. Opportunities feel larger but pressures are greater. Deference is lower, expectations higher.

 

 

New policy challenges have emerged: widening inequality and falling social mobility; racial tension and community identity; international terrorism and global security; the ageing society and welfare reform; environment sustainability and energy security.

 

 

Above all, we have not yet come to terms with the world of the me generation, people who are more aspirational than ever and want to exercise control over their lives. They may feel empowered as consumers but not as citizens. The gap between politics and public is growing. People are becoming disengaged because they are disempowered. A less deferential, more democratic world is threatening a crisis of legitimacy for the active politics that is the hallmark of the left. If we are not careful the beneficiaries will be the right. Already, as state institutions framed for the old world seem less and less capable of responding to the new, the right has been able to escalate its attack.

 

 

The right are is mistaken to reject the role of the state. The challenge is to reform it. Dealing with the challenges of global terrorism or environmental crises requires strong states: indeed they demand a stronger partnership between states and the reform of global institutions, as well as a new partnership between the state and the citizen. Just as third-way thinking created a new paradigm for progressive politics in the last decade, a renewed paradigm is needed for the next. At its core should be a desire to redistribute power so that responsibility for meeting the challenge of economic, demographic, environmental, social and cultural change is shared between citizens, states and communities. Without citizen engagement none of these challenges can be met.

 

 

Empowering citizens is the modern route to social justice. Subsidiarity - having power located at the lowest possible level - should be the guiding principle. So the less well-off should be able to share in the choices the better-off already enjoy over where they are treated and their children educated. Where it is possible individuals should have their own budgets - such as for managing chronic disease or caring for old age. Asset ownership - in the form of homes and shares - should be targeted at poorer communities. People should be able to trigger a change of service provider when council or health services are deemed by a community - through regular surveys - to be failing. Communities and local voluntary organisations should run neighbourhood services. Central-government bureaucracies should be cut back as power is devolved to councils and local communities. But at its heart this new politics goes beyond structures and committees to policies that empower the individual citizen to take greater control over their lives.

 

 

We are the start of a political battle for this territory. The right would love to take it. David Cameron has already signalled his intent to do so. The progressive left must not let that happen. Social, economic and electoral progress depends on us grasping the nettle of far-reaching and radical reforms to the relationship between state and citizen.

 

 

We need to advance, not retreat, from the New Labour approach. Ten years ago New Labour was created around the insight that for progressive values to be realised they had to be applied in new ways. In economic policy, the top-down approach, based on nationalisation, was abandoned. The same insight needs to be applied to all public policy. The profound changes of the last decade and those to come in the next mean that it is time power was put in the hands of the people.

 

 

Alan Milburn is the Labour MP for Darlington and a former health secretary

 

 

 

 

Traduction française par Bernard Berest

 

 

Un monde de plus en plus autocratique menace nos politiques :

 

 

la réponse est de donner plus de pouvoir au peuple et aux communautés locales.

 

 

 

Les partis progressistes ont à faire face à l’échelle du monde, à des nouveaux défis. D’un côté, les valeurs progressistes sont en train de gagner la partie sur la pauvreté globale, les droits de l’homme  et sur des services publics réformés. Mais de l’autre, alors que les partis progressistes gagnent les élections en Grande Bretagne, en Norvège ou en Amérique du Sud, ils les perdent dans beaucoup de sociétés industrielles avancées : Allemagne, Canada, Pays-Bas, France et bien sûr les USA, parce qu’ils sont déconnectés des préoccupations du peuple.

 

 

C’était l’arrière-plan de la récente rencontre de Tony Blair avec  Thabo Mbeki et d’autres leaders progressistes d’Afrique du Sud. Lorsque, en 1977, Tony Blair et Bill Clinton ont accueilli une rencontre semblable, les choses se présentaient sous un tout autre jour. Des gouvernements de centre-gauche dominaient alors l’Europe. La « troisième voie » était en pleine ascension. La question politique en Grande Bretagne était de savoir si l’on pouvait arrêter le cycle économique de « stop and go » (d’arrêts et de reprises) et rénover les services publics. La question centrale était de savoir si nous pouvions gouverner en tant que  parti à la fois centriste, réformiste et modernisateur. Le  New Labour a répondu à ces deux questions. Le gouvernement de Tony Blair s’est attaqué avec succès à la diminution de la pauvreté, à l’accroissement de l’emploi et à la modernisation des services publics. Et il a redessiné le paysage politique.

 

 

 

 

Aujourd’hui nous avons moins de certitudes. Pour une simple raison. Les grands défis que les progressistes ont à relever ne sont plus les mêmes et nous ne les avons pas encore confrontés. Des glissements structurels massifs dans l’économie et la société ont eu lieu, en grande partie sous l’effet de la  globalisation. Ils ont transformé le paysage. Le changement est plus rapide. La compétition plus grande. Les migrations considérables. Les familles plus petites. Les communautés locales plus faibles. Il y a des opportunités plus grandes mais les pressions sont plus fortes. L’autonomie diminue alors que les attentes sont de plus en plus grandes.

 

 

 

 

De nouveaux défis ont émergé sur le plan politique. : l’aggravation des inégalités et la demande de mobilité sociale ; les tensions raciales et les identités communautaires ; le terrorisme international et la sécurité globale ; la société vieillissante et la réforme de la sécurité sociale ; le développement durable et la sécurité énergétique.

 

 

Par dessus tout, nous n’en avons pas encore fini avec la génération des « moi, je », qui a plus d’ambition que jamais et qui désire exercer un contrôle sur sa propre vie. Ils se sentent plus de pouvoir en tant que consommateurs mais moins en tant que citoyens. La fracture entre les politiques et le public s’approfondit.

 

 

Les gens se désengagent parce qu’ils se sentent de plus en plus impuissants.  Un monde moins déférent, plus démocratique affronte les hommes politiques actifs à une crise de légitimité . C’est un signe pour la gauche. Mais, si nous ne sommes pas attentifs, c’est la droite qui en tirera les bénéfices. Déjà, comme les institutions étatiques formatées en fonctions des besoins du vieux monde semblent de moins en moins capables de répondre aux attentes du monde nouveau, la droite a été en mesure  d’intensifier ses attaques.

 

 

La droite a tort de rejeter le rôle de l’Etat. Le défi est de le réformer. Pour pouvoir faire face au défi du terrorisme global et aux crises de l’environnement, nous avons besoin d’Etats forts. En vérité, nous avons besoin d’un partenariat plus fort entre les Etats et les institutions globales à réformer, d’un partenariat renouvelé entre l’Etat et les citoyens. De même que la Troisième Voie a créé au cours des dix années passées un nouveau paradigme pour une politique progressiste, de même un nouveau paradigme est nécessaire pour la décennie à venir. Comme noyau central elle devrait avoir la préoccupation de la redistribution du pouvoir de telle sorte que la responsabilité de faire face  au défi du changement économique, démographique, écologique, social et culturel soit partagée entre  les citoyens, les états et les communautés locales. Sans l’engagement des citoyens, aucun de ces défis ne peut être affronté.

 

 

Donner du pouvoir aux citoyens, c’est la route moderne vers la justice sociale. La subsidiarité (qui place le pouvoir au niveau le plus bas possible) devrait être le principe directeur. Ainsi les défavorisés pourraient partager les choix des plus favorisés en ce qui concerne la manière dont ils sont traités et l’éducation donnée à leurs enfants. Partout où c’est possible, les individus devraient avoir leur propre budget par exemple dans la manière  de soigner les maladies chroniques ou de prendre soin des personnes âgées. La propriété de biens, sous la forme de logement ou d’actions, devrait être prise comme objectif pour les communautés les plus pauvres. Les gens devraient être capables de provoquer un changement de fournisseur de service lorsqu’une communauté décide, après enquête régulière, qu’il est déficient. Les communautés et les associations locales de bénévoles devraient gérer les services de proximité. Les bureaucrates des gouvernements centraux devraient être éliminés au profit des conseils et des communautés locales. Mais en son cœur, cette nouvelle politique va au-delà des structures et des comités pour promouvoir une politique qui donne du pouvoir aux citoyens individuels afin qu’ils acquièrent un plus grand contrôle sur leurs vies.

 

 

Nous sommes au début d’une bataille politique pour ce nouveau territoire. La droite voudrait se l’approprier. David Cameron a déjà proclamé sa volonté de le faire. La gauche progressiste ne doit pas laisser cela arriver. Les progrès sociaux, économiques et électoraux dépendent de notre capacité à maîtriser les réformes radicales et à long terme qui refaçonneront les relations entre l’Etat et les citoyens.

 

 

Nous devons progresser et non régresser par rapport à l’approche du New Labour. Il y a dix ans, celui-ci a été créé autour de l’intuition qu’il fallait de nouvelles voies pour réaliser les valeurs progressistes. Dans le domaine économique, la démarche descendant du haut vers le bas, illustrée par les nationalisations, fut abandonnée. La même intuition doit s’appliquer à toutes les politiques publiques. Les changements profonds intervenus au cours de la décennie passée et ceux qui vont survenir au cours des dix prochaines années appellent un transfert du pouvoir entre les mains du peuple.

 

 

 

 

Alan Milburn est le député  travailliste de Darlington et un ancien Secrétaire à la Santé.

 

 

 

Publié dans Démocratie

Commenter cet article

stéphane 25/02/2006 03:21

le message de Charles ANDRE ci-dessus:  "élites" et peuples travailleraient ensemble me semble la clef du renouvellement de la démocratie.
Les élites régionales ne sont elles pas en train de se constituer et de s'organiser ... avec un grand retard certes, mais il y a des forces de changement à l'oeuvre. Celles-ci commencent à se rendre compte que le centralisme est devenu un "tigre de papier" ... aux poches trouées gaspillant l'argent public, suivant d'autres logiques que celles de répondre aux citoyens ...
Par ailleurs, la demande sociale est là, recherchant la qualité de vie et des formes de solidarité performantes. Une vie sociale réflexive et proactive ... avec des politiques modernes et un système audio-visuel régionalisé pour diffuser l'information et ouvrir les champs de vision des uns et des autres dans un monde globalisé.
Selon mon point de vue, l'Etat et ses structures (CSA par exemple) sont incapables de se réformer de l'intérieur ou cela prendra alors des dizaines d'années (en étant optimiste) ; les forces parallèles alternatives sont dans les régions, dans l'organisation des territoires infra-régionaux, acteurs et des réseaux.
"Plus de pouvoir au peuple" est un très beau slogan !
Le terme de peuple a d'ailleurs été complètement oublié des partis politiques conventionnels depuis longtemps, il a ensuite été récupéré par les extrêmes (populismes en tout genre...). Il est grand temps de se le réapproprier !!! et que les élites se le réapproprient feraient du bien au pays.
Quant à l'article des Travaillistes britanniques, effectivement, ils ont tout compris et vivent avec leur temps et en tout cas ils répondent au peuple, malgré les tensions (la politique n'est pas chose facile) ...

Charles ANDRE 24/02/2006 19:10

Tout est résumé dans un concept central : la SUBSIDIARITE, aussi valable pour l'Europe que pour la France. Que le sommet de la pyramide n'agisse que lorsque c'est nécessaire, que les décisions soient prises et les actions menées aux niveaux les plus proches de ceux qu'elles concernent. En associant les intéressés autant que possible.Avec la subsidiarité et la participation (qui est aussi une vision de la société, applicable au fonctionnement des entreprises via les mécanismes de participation et d'intéressement des salariés), nous touchons à  deux idées fondamentales pour la France de demain, où "élites" et peuples travailleraient ensemble, où les services publics serviraient le public...Une révolution!

Marc d Héré 24/02/2006 11:56

Il me semble qu'IES ne peut que se retrouver dans cet article qui montre une évolution  - ou une confirmation plus nette -du blairisme ou de la troisième voie , vers ce qui représente pour nous l'aspect central de la politique: la responsabilité citoyenne, la prise d'initiative et  de responsabilité de la société civile. C'est autour de cette exigence   de rsponsabilité individuelle et collective que nous voulons  approfondir et préciser notre projet . C'est pour nous un vif encouragement  de constater que le parti travailliste dont nous nous sentons proche à bien des égards, met aussi cette exigence au coeur de ses objectifs pour la décennie qui vient.
marc d'Héré