La déclaration de principes du PS (2)

Publié le par PS. publié par Le Monde

Près d'un an après sa défaite aux présidentielles, le PS semble se décider à commencer à entreprendre la longue marche destinée à le mener à sa rénovation.
Le Monde publie dans son édition datée 22 avril, la nouvelle "déclaration de principes" du PS.  Cette déclaration nous intéresse car nous considérons que la rénovation du PS, serait un élément politique de première grandeur. Compte tenu de la longueur du texte je le publierai en 3 fois
.  Aujourd’hui 2ème partie..

 

II – NOS OBJECTIFS POUR LE XXIE SIÈCLE 

ART. 6 Les socialistes portent une critique historique du capitalisme, créateur d'inégalités, porteur d'irrationalité, facteur de crises, qui demeure d'actualité à l'âge d'une mondialisation dominée par le capitalisme financier.

Les socialistes sont partisans d'une économie sociale et écologique de marché, une économie de marché régulée par la puissance publique, ainsi que par les partenaires sociaux. Le système voulu par les socialistes est une économie mixte, combinant un secteur privé dynamique, des services publics de qualité, un tiers secteur d'économie sociale…Les socialistes affirment que certains domaines de l'activité ne peuvent relever du fonctionnement du marché quand ils concernent des droits essentiels. Les socialistes font de la création durable et de la redistribution des richesses un enjeu majeur de l'action politique. Ils pensent que les politiques participant aux enjeux environnementaux doivent être coordonnées par la puissance publique, garante du long terme et de l'intérêt général.

ART. 7 Les socialistes défendent un modèle de développement durable qui conjugue la croissance, l'innovation technologique, l'impératif écologique, la création d'emplois, la protection sociale. Les socialistes se préoccupent non seulement de la quantité des richesses produites et de leur distribution, mais aussi de la manière de les produire et du contenu de la production.

C'est une société nouvelle, qui dépasse les contradictions du capitalisme, faisant toute sa place au secteur non-marchand, que les socialistes veulent bâtir. Le travail humain est un enjeu fondamental, c'est un moyen individuel et collectif d'insertion, de reconnaissance, d'émancipation. Les socialistes refusent une société duale où certains tireraient leurs revenus de l'emploi et d'autres seraient enfermés dans l'assistance. La qualité de l'emploi est un objectif fondamental qui suppose une rémunération juste, des droits garantis et respectés, un accès à la formation tout au long de la vie favorisant la promotion professionnelle et sociale. Le travail doit aller de pair avec un mode de vie qui donne du temps libre, l'accès à la culture et au sport, offrant à chacun de construire sa vie et la possibilité de participer à la vie publique.

ART. 8 Une tâche tout aussi importante est de réactualiser ce qui est l'apport propre du socialisme démocratique dans le siècle dernier, l'Etat social, qui permet aux réponses collectives de satisfaire les besoins individuels dans leur diversité. Celui-ci privilégie d'abord l'investissement productif au détriment de la rente. Il assure ensuite une protection contre les risques sociaux. Il repose sur une redistribution assumée. Il doit garantir, pour tous, la sécurité des personnes et des biens, sans laquelle il n'y a pas de liberté réelle. La régulation est également un des rôles majeurs de l'Etat pour concilier l'économie de marché, la démocratie et la cohésion sociale. Enfin, l'Etat moderne doit être un Etat qui investit et émancipe en privilégiant l'éducation, la recherche, l'innovation, la culture.

ART.9 Lutter pour la paix, la sécurité collective et le codéveloppement correspond à la vocation internationaliste des socialistes. C'est notre horizon pour le siècle qui commence. Le combat pour une communauté internationale pacifique est indissociable de la défense des droits de l'homme. Il demande également de reconnaître les intérêts propres des Etats et des peuples, de travailler à dégager les intérêts communs pour construire un monde équilibré, juste et sûr. Il exige aussi un double effort pour conforter et réformer les institutions internationales. Nous avons besoin pour ce faire du renforcement des Nations unies et du poids de l'Union européenne et de sa détermination.

ART. 10 La volonté des socialistes est de contribuer à faire de la France un pays ouvert, respecté dans le monde, œuvrant pour la paix, les droits de l'homme et le développement durable. La France est, de par son histoire, à la fois singulière et universaliste, elle doit être fidèle à ce double héritage. Elle doit respecter tous ceux qui vivent sur son territoire en combattant toutes les discriminations.

A suivre.....
Parti Socialiste, publié par Le Monde

Publié dans Vie politique

Commenter cet article

marc d Here 22/04/2008 22:02

Déclaration d'Eric Besson, aujourd'hui 22 avril "Le 31 janvier dernier, Tony Blair était venu nous dire que la mondialisation est une chance pour les pays en mouvement et un risque pour les pays immobiles. Je fais mien ce diagnostic."  La déclarations de principe montre que le PS est incapable de penser cela et donc d'agir en conséquence. 

marc d Here 22/04/2008 19:02

Pas tout à fait d'accord avec Eric Besson.  Certes il y a dans cette déclaration abandon de la notion de révolution. Certes il y a des tonnes de bons sentiments et de généralités que tout républicain ou démocrate pourrait signer.....Mais quand on relit on s'aperçoit que le capitalisme n'a que des caractéristiques négatives, sans que lui soit reconnue sa capacité de dynamisme et de croissance. Pas plus que la concurrence. Ces notions ne sont acceptées que dans la mesure où elles sont régulées.....Régulées comment? Dans quelle mesure veut-on profiter des aspects positifs de la concurrence et du libre marché? On ne nous en dit rien et on laisse même entendre que ce sera au minimum. Et le secteur public, mis à égalité avec le privé? Mes réserves sur la partie 1 se trouvent confortées par mes inquiétudes de la partie 2....Plus j'avance dans ma lecture et plus j'ai l'impression que le PS n'a dans le fond pas changé....Si ce n'est sur le développement durable, mais là encore inquiétude avec ce sacré principe de précaution qui risque de tout bloquer.

marc d Here 22/04/2008 15:14

Eric Besson, secrétaire d'État chargé de la prospective, a déclaré ce matin en marge de la présentation du diagnostic stratégique "France 2025", avoir "lu" le texte de la déclaration de principe du PS. Un texte qui "méritait d'être rectifié et amendé". "Ce qui est intéressant, a ajouté l'ancien député socialiste, c'est que le PS rompt avec la rupture avec le capitalisme. Il ne prétend plus être un parti anticapitaliste. En clair si j'étais resté au Parti socialiste, j'aurais pu voter ce texte sans état d'âme", a-t-il conclu.Source : lefigaro.fr