Pour un Grenelle de l'industrie et de l'innovation

Publié le par Bernard Meunier

Par Bernard Meunier, ancien président du CNRS, PDG de Palumed SA....Le Figaro.fr 14 03

La balance commerciale se détériore depuis le début des années 2000, les emplois de l'industrie sont en constante diminution depuis plus de vingt ans, l'innovation sort à peine de l'incantatoire : que faire ? L'euro est fort, mais la réussite des exportations allemandes est là, insupportable aux yeux des Français. Il est urgent d'avoir un débat réel sur notre situation économique. L'industrie française souffre de nombreux handicaps et mon activité de créateur d'entreprise me permet d'en juger un peu. Évitons d'agiter devant l'opinion publique le mot innovation en lui faisant croire que ce seul mot va suffire à nous guérir de nos malheurs. Dans ce domaine, nous avons des retards qui sont devenus des handicaps dont on n'ose plus parler de peur d'effrayer l'électorat. Les chantres de la société dite postindustrielle nous ont fait perdre plus de vingt ans, en nous éloignant de la dynamique des nouvelles industries, celles qui sont liées au monde de l'innovation.

Deux points permettent d'illustrer ce propos. En 2002, la France ne comportait plus qu'une seule entreprise de conception et de production de matériel scientifique en fin de classement dans les cent premières entreprises mondiales. Cette entreprise a été rachetée par un fonds d'investissement international et délocalisée définitivement pendant l'été 2007 vers l'Allemagne, un pays industriel avec des coûts de production comparables à la France. Il faut analyser et comprendre les raisons d'un tel échec. La France ne produisant plus rien pour équiper ses laboratoires, le développement de nos laboratoires de recherche va se faire en creusant le déficit commercial. Au moment où les dépenses de santé augmentent fortement, combien de matériels médicaux sont conçus et fabriqués en France ? Aucun ou presque ! Il suffit de regarder les achats de nos hôpitaux. Tout le matériel scientifique ou médical de haut niveau est créé et produit dans des pays à fort développement. Sans fabrication française, nous n'aurons rien à exporter, nous deviendrons de plus en plus une simple zone de consommation en maintenant notre niveau de vie à l'aide d'emprunts faits sur le dos des générations suivantes.

L'agriculture et l'industrie agroalimentaire doivent-elles être le seul moteur puissant de notre activité économique, avec le tourisme ? Il serait étonnant que la France devienne une place financière internationale comme l'Angleterre. L'emploi industriel est passé de 30 % à moins de 18 % en une trentaine d'années . Pourquoi subir ? Il nous faut concevoir un développement industriel fort, créateur d'emplois pour la prochaine génération. Nous ne pouvons rester à l'écart du monde industriel moderne. Donnons-nous les moyens pour la création et la croissance d'entreprises capables d'assurer un renouvellement de notre tissu industriel. Puisque la mode est aux «Grenelle», alors osons un «Grenelle de l'industrie et de l'innovation» !

Publié dans Economie et social

Commenter cet article

marc d Here 16/03/2008 18:18

Tout ne peut à l'évidence pas s'appliquer tout de suite....Mais cela avance bien....Et les résultats commencent à venir (créations d'entreprises, emploi, allègement de l'Etat.....). Vous avez encore quelques mois pour critiquer.....Jusqu'en 2009 les choses seront encore un peu difficiles, profitez en bien....Après cela devrait s'améliorer.

Sebastien 16/03/2008 13:02

Avant de lancer un nouveau grenelle, ne croyez vous pas qu'il faudrait déjà que les mesures issues de celui de l'environnement soient appliquées et qu'elles ait montrer leurs effets?De plus, il y a déjà un autre grenelle en route! Celui de l'insertion mener par Martin Hirsch qui doit rendre sa copie en mai...En outre, concenant la croissance, la commission présidée par Jacques Attali, a fait ses propositions.Qu'en est-il de l'application de ces mesures?