le mouvement Les-progressistes.fr veut agir pour les réformes au sein de la majorité présidentielle

Publié le par marc dHERE

Un article déjà publié au coeur de l'été....

La France a besoin de changement. Alors que les  partis de gauche, qui auraient dû en être les initiateurs et les porteurs, ont failli, c’est  dans le cadre de la majorité présidentielle, que l’on peut aujourd’hui le mieux agir  pour ce changement. C’est le choix que font les membres de l’association les-progressistes.fr, aux côtés d’Eric Besson.

   

Parce que nombre d’entre nous viennent du parti socialiste, c’est son attitude et ses choix qui nous ont le plus consterné.  Il n’a pas su prendre en compte la nouvelle situation résultant de la mondialisation, en proposant les moyens de nous   protéger des dangers qu’elle recèle  mais aussi de profiter des opportunités qu’elle présente.  Il  n’a pas su se libérer d’une philosophie de l’assistance et de l’égalité formelle pour parvenir à l’affirmation d’une véritable égalité des chances,  la mise en œuvre d’une solidarité concrète et  l’exercice d’une responsabilité individuelle et collective, conditions  du dynamisme économique et social. Il n’a pas renoncé à l’omnipotence d’un Etat qui bride les initiatives et pèse, pas seulement financièrement,  sur l’ensemble de la société. Il n’a pas su proposer une véritable rénovation des services publics assise  sur l’autonomie et la responsabilisation des acteurs, comme sur l’intervention des usagers.  Il n’a pas su  sortir de sa méfiance craintive vis-à-vis  des entrepreneurs  - limitant ainsi les possibilités de la compétitivité et de la croissance -  ni  concilier, dans le cadre d’une coopération loyale, la flexibilité dont ceux ci  ont besoin et la sécurité que réclament les salariés.

 

Le  parti socialiste est devenu pour une large part celui de l’immobilisme et du conservatisme, incapable d’entreprendre sa rénovation en s’adaptant au monde d’aujourd’hui, à la différence de ce qu’ont su réaliser les autres partis socialistes ou sociaux démocrates d’Europe. Les plus lucides de ses dirigeants prennent leur distance parce qu’ils sont convaincus que sa rénovation est impossible, harassante, ou prendra n temps qui s’inscrit bien au-delà de la période historique qui s’ouvre.   Ce n’est plus à gauche que se trouve le parti du mouvement.  La réforme a changé de camp. Et là réside l’essentiel.

C’est bien  parce que Nicolas Sarkozy nous est apparu plus  à même que la gauche de mettre en œuvre les réformes utiles à la France et aux Français, les réformes pour lesquelles nous militons depuis des années,  que nous avons approuvé son projet, qu’avec Eric Besson,  nous voulons clairement situer   les-progressistes.fr  dans la majorité présidentielle.

 

Et pourtant, alors que nous nous revendiquons de la gauche, Nicolas Sarkozy s’affirme de droite, ce  qui  traduisant   des sensibilités et des préoccupations différentes, pourrait  rendre difficile, dans certaines occasions, notre adhésion ou notre soutien. Mais en réalité, au-delà des idéologies, force est de  constater que ses propositions de réforme, comme ses premières actions, caractérisées par leur pragmatisme, leur volontarisme et leur recherche de l’efficacité,  répondent pour l’essentiel à ce que nous attendons. Sa méthode pour relancer l’Europe, sa volonté affirmée de moderniser les institutions, de rénover  l’Etat et les grands services publics, comme de réduire les dépenses publiques, de réformer de manière réaliste et  dans un sens plus équitable les retraites, son soutien aux entreprises, à l’investissement productif, à la recherche et l’innovation, son action résolue et multiforme  en faveur de l’augmentation du pouvoir d’achat et du développement de l’emploi,  la large concertation qu’il pratique avec les acteurs sociaux et qu’il  envisage avec les associations  pour  l’environnement …….tous ces éléments ne sont ni spécifiquement de droite, ni exclusivement de gauche, mais répondant aux attentes des Français et aux  exigences de   notre temps, ils devraient remettre notre pays sur la voie de la croissance et  du progrès économique et social. 

Et si  certaines de ses propositions  peuvent parfois  froisser notre sensibilité ou nos convictions, si certaines ne vont pas assez loin dans le sens que nous souhaitons, à nous de proposer des mesures plus solidaires ou de nous efforcer  d’infléchir la mise en œuvre concrète de  son projet vers  la prise en compte  de  préoccupations plus  sociales et plus équitables.

 

Au sein de  l’association les-progressistes.fr, nous avons l’ambition de rassembler tous ceux - militants politiques et associatifs, acteurs économiques et sociaux, intellectuels, citoyens,  à la sensibilité de gauche ou de centre gauche -   qui   veulent défendre leurs valeurs et  agir, librement,  dans le cadre de la majorité présidentielle, tout en   ne souhaitant pas s’engager dans les rangs de  l’UMP. Nous voulons leur permettre d’inscrire leur volonté réformiste dans le débat démocratique et  la vie politique de notre pays.    Nous voulons  leur offrir un cadre ouvert pour  une réflexion commune sur les grands enjeux d’aujourd’hui et l’élaboration de propositions pour y  répondre.  Nous  situant dans la durée, sur  l’ensemble du quinquennat, voire au-delà, nous nous  attacherons à réfléchir aux réformes à entreprendre, à proposer les moyens de les mettre en œuvre, et à aider concrètement à leur réalisation.

 

Marc d’Héré

Texte à consulter également sur le site des Progressistes : http://www.les-progressistes.fr

Publié dans Vie politique

Commenter cet article

marc d HERE 09/10/2007 08:56

Sarkozy devant les amis de Besson Eric Besson, secrétaire d'Etat à la Prospective, annonce que Nicolas Sarkozy viendrait le 9 novembre devant Les Progressistes, le cercle que l'ex-responsable socialiste vient de lancer. "J'ai proposé au président de la République de venir symboliquement, six mois, après son élection, faire un bilan d'étape devant les Progressistes. Il a accepté et viendra le 9 novembre", explique-t-il au Parisien. (Avec AFP). 

marc d HERE 20/09/2007 12:08

Nicolas Sarkozy, poussé sans doute un peu  par Fillon, qui a raison de vouloir s'affirmer, a lancé véritablement les grandes réformes difficiles mais nécessaires, par ses discours de mardi et mercredi....Nous arrivons au moment crucial.....Nous devons nous engager  fortement dans le soutien de ce réformes.

marc d HERE 10/09/2007 09:41

Le secrétaire général de la CFDT, François Chérèque, a invité lundi le gouvernement à privilégier le dialogue et la clarté à propos de la réforme des régimes spéciaux de retraite pour éviter tout conflit social. (Reuters)Il faut certainement discuter avec les syndicats, mais il est aussi nécessaire que les syndicats n'adoptent pas une position de blocage systématique......

marc d HERE 09/09/2007 14:06

La réforme sur les régimes spéciaux de retraite est "prête" et le gouvernement "attend le signal du président de la République" Nicolas Sarkozy pour "entamer les négociations avec les partenaires sociaux", a déclaré dimanche le Premier ministre François Fillon sur Canal +.(Avec AFP).Voilà une réforme capitale, juste et difficile que nous devons soutenir... 

Gérard JAULIN 04/09/2007 20:01

Il n'y a que la vérité qui blesse... mais ce n'est  pas très grave... je souhaite, comme d'autres, passer à autre chose et contribuer à faire avancer le débat dans un esprit de rassemblement et en refusant le sectarisme de ceux qui considèrent que , sous prétexte que cela vient de Nicolas Sarkozy ou de l'UMP, c'est forcément mauvais...Il faudrait peut -être un jour tourner la page des affrontements stériles qui nous ont conduit là où on en est...Gérard Jaulin