IES et l'élection présidentielle

Publié le par marc dHERE

 

Initiative Européenne et Sociale, (IES)  mouvement de centre gauche, social libéral et européen,  s’est constitué en janvier 2006, non pas autour d’un leader charismatique ou d’un « candidat », mais autour d’idées et d’objectifs concrétisés dans   10 grandes orientations.  Par la suite, ces grandes orientations ont été développées et précisées dans « Le Projet d’IES », adopté à l’unanimité, et publié en plusieurs parties sur ce blog.

Dans cette élection présidentielle IES n’avait PAS de candidat….Il n’y avait aucun candidat « social libéral européen » dans cette élection….C’est la première chose à rappeler. Si Bernard Kouchner avait bien voulu se présenter, les choses auraient été différentes, et sans doute IES aurait-il officiellement pris position en sa faveur….car lui pouvait sans doute  assez bien nous représenter. Mais ce n’a pas été le cas et donc, très logiquement, IES, en tant que tel, n’a soutenu aucun candidat.

Pour le premier tour, il apparaît que les votes des membres d’IES se sont répartis, d’après ce que l’on a  bien voulu me dire, au moins entre 4 candidats : Bayrou, Royal, Sarkozy et Voynet….Avec une majorité sur François Bayrou.

Pour le deuxième tour, restent en compétition deux candidats qui ne correspondent ni l’un ni l’autre à ce que majoritairement nous pouvions souhaiter, qui ne sont ni l’un ni l’autre des candidats pouvant se réclamer d’un social libéralisme européen…..IES ne donnera, rejoignant l’attitude de Bayrou et de l’UDF, aucune consigne de vote….Ce qui signifie que pour nous il est tout aussi légitime et honorable de voter pour l’un ou l’autre des deux finaliste, voire même à la rigueur de voter blanc….

Mais, d’une manière ou d’une autre il faut choisir et, parce qu’on doit le faire clairement, je me crois tenu de faire part de mon choix : je voterai Nicolas Sarkozy.

Je voterai Nicolas Sarkozy, non parce que j’approuve tous ses choix ou toutes ses déclarations, mais parce que je pense que son projet est plus proche   du projet d’IES (voir nos publications), que celui de Ségolène Royal, pour autant que l’on distingue ce qu’est le projet de la candidate PS.

Le projet de Nicolas Sarkozy est plus proche de celui d’IES  sur des aspects essentiels pour l’avenir de la France et des français, comme : la réforme de l’Etat et la limitation des dépenses publiques, la rénovation et la modernisation des services publics tels que l’éducation et la santé, la politique économique et sociale et particulièrement la lutte pour l’emploi, le soutien aux initiatives, la réforme des retraites, la « discrimination positive » c'est-à-dire le refus de l’assistance et de l’égalitarisme abstrait source d’injustices, mais l’action prioritaire et ciblée en faveur des plus fragiles et des plus vulnérables…….et bien d’autres aspects tels que ceux touchant à  l’immigration et l’intégration….

Par ailleurs, je pense que Nicolas Sarkozy aura les moyens de sa politique, que sa majorité – s’il en obtient une -  le soutiendra  alors que Ségolène Royal, même si elle avait le souhait de réaliser des réformes utiles, ce qui reste à démontrer, en serait empêchée par l’archaïsme et l’immobilisme de son parti comme  de ses alliés.

 

Bien entendu, plusieurs membres d’IES feront, très légitimement, un choix différent, parce qu’ils estimeront que  notre projet est plus proche de ce qu’ils perçoivent de celui de la candidate du PS…..D’autres aussi, minoritaires sans doute, choisiront de voter CONTRE Sarkozy…..estimant, paraît-il, qu’il représente un danger pour la République ou la démocratie.....…C’est également leur droit. Même si pour ma part je pense, comme Jean-Marie Bockel, que Sarkozy est un démocrate et un républicain et qu’à l’évidence la démocratie Française n’est pas davantage menacée par l’élection de l’un des candidats que par celle de l‘autre.

 

Après le 6 mai, la vie politique continuera, il y aura des élections législatives et puis d’autres combats, d’autres possibilités d’intervention, notamment en liaison avec le mouvement social et la société civile… L’important est que les militants et les sympathisants d’IES se retrouvent ensemble dans la réflexion et l’action…..au delà du choix conjoncturel qu’ils auront été conduits à faire dans cette élection, où, je le rappelle, ils n’avaient pas de candidat.

 

Marc d’Héré 

Commenter cet article

Marc d HERE 07/05/2007 17:37

Robert Bellec m'avait adréssé un texte de commentaire ....mais le découvrant après la clôture de la campagne électorale vendredi à minuit, je n'ai pas pu le passer....Avec son accord je le publie aujourd'hui... 
 
Bravo Marc pour cette prise de position courageuse,
Courageuse au vu de l’injonction impérieuse faite à toute personne « de gauche » de bien vouloir diaboliser Sarkozy.
Reconnaissons qu’au fil du temps « faire barrage à Sarkozy » est devenu la seule argumentation crédible d’une candidate girouette qui brode son programme sans projet au détour de ses intuitions…C’est d’un triste !
 En ce qui me concerne, mettons de coté quelques menus détails :
-          que Royal soit une dangereuse autocrate avide de toute-puissance
-          qu’elle n’ait ni le niveau ni la stature de la fonction
-          qu’elle ait la vision stratégique d’une taupe
-          qu’elle soit une boule de haine qui règle ses comptes avec le monde entier
-          qu’elle n’ait aucune solution crédible pour la France
-          qu’elle improvise notre avenir comme si c’était un recette de cake
…ce ne sont là que de menus détails face à l’essentiel à mes yeux :
Royal par ses manières de penser et de faire, ses croyances, ses options, représente --  à de nombreuses nuances près – l’exacte continuation en bien pire de ce que la manière Mitterrand avait de plus discutable ( n’en déplaise à ce bon Seguela, et autre Mitterrandiens soudain sarkocompatibles ) et de ce que la manière Chirac avait de plus haïssable ( n’en déplaise aux Chiraquiens soudain sarkocompatibles).
Il est vrai que ceux qui pensent que tout va pour le mieux et qu’il faut poursuivre dans la voie tracée depuis bientôt trente ans ont quelques raisons de soutenir Royal.
Au-delà de ses insuffisances, de ses lubies, elle symbolise, elle est la continuité, elle représente -- et en bien pire-- tout ce qui a causé l’enlisement progressif de la maison France.
Pour moi, on ne peut faire confiance à des dirigeants qui se contentent de surfer sur une opinion publique qu’on a précédemment manipulée, sous-formée, et sous-informée et de mener le pays a minima, sans courage et sans cap.
Il n’est pas encore trop tard pour remonter la pente. Sarko, avec qui je ne partage pas quelques options philosophiques « de droite » est un vrai bon, il a la stature, la compétence, le charisme, l’envergure, la sincérité, même s’il a aussi le goût  prononcé du pouvoir.  Je crois qu’il veut vraiment rompre avec ce qui nous plombe. Le pourra-t-il ?
C’est un vrai démocrate, moins anti-libéral que ses compétiteurs, moins simpliste quoi qu’on en dise, il est un européen convaincu, un homme de progrès, même s’il a cru devoir s’abaisser à quelques tentations démagogiques pour assurer la victoire.
Il a une vision cohérente quoique incomplète, c’est le plus proche des options d’Anthony Blair et des autres sociaux démocrates européens ( pour faire simple) et même de Rocard n’en déplaise à l’intéressé qui n’arrive pas à s’affranchir de la logique de clans.
 Bref, y’a pas photo, c’est le seul en ce moment  à pouvoir encore commencer à sortir le pays de ce marécage. Incontournable.
On est comme lors de l’arrivée de de Gaulle : même si on ne partage pas toutes les options philosophiques, on doit bien reconnaître qu’il est le seul à pouvoir « faire le job » dans un contexte où ce ne sera pas simple.
Donc bravo, reste à IES le challenge d’exister en faisant mieux, en trouvant le positionnement d’avenir qui permettra d’affronter sans se renier ce concurrent redoutable, de le combattre loyalement pour les divergences sans nier les convergences. Non ?
Et je trouve que la manière Bayrou a montré ses limites.
Le défaut de la cuirasse Sarko, il risque d’être l’otage de certains de ses alliés gaullistes pur sucre et de la droite dure qui le soutient, pour vraiment moderniser le pays.
Si toutefois il dispose d’une majorité…
 Amitiés.
 Robert.
 

marc d HERE 07/05/2007 11:06

Claude Barbe, merci de ce ton plus apaisé.....
Vous  faites partie de ceux qui, et ils sont nombreux à gauche notamment, considèrent comme immoral de voter Sarkozy qu'ils diabolisent d'une manière que je juge incompréhensible, souvent sur la foi de ragots ou d'articles de journaux......que je ne veux pas qualifier....Mon opinion est bien différente,  mais je ne veux pas vous convaincre....seul le temps ou l'expérience du pouvoir de Sarkozy le fera peut-être ....à moins qu'il ne montre que c'est moi qui m'abusais, ce que je n'hésiterai pas alors à reconnaître...Mais j'en doute....
Je considère Sarkozy , et des gens comme Bockel ou Kouchner aussi,  comme un démocrate et un républicain.....Par ailleurs son projet était plus proche, sur la plupart des points essentiels, du nôtre.....Il suffit de regarder les choses calmement pour s'en apercevoir.....
Voilà les raisons de mon choix et non les petits intérêts mesquins auxquels vous faisiez allusion dans votre première intervention....Je veux croire que vous n'y pensez plus....
Voilà chère Claude, j'aurais plaisir, à l'occasion, de discuter plus avant  avec vous.....

claude barbe 07/05/2007 10:45

Je confirme que je n'arrive pas à comprendre et ce quelqu'en soit la raison personnelle que l'on puisse se dire socialiste et voter Sarkozy......... j'ai autour de moi des personnes pour qui j'ai beaucoup d'estime et d'affection qui ont voté Sarkozy par choix et parce  qu'ils sont  de droite par conviction depuis toujours ou longtemps. Et ce choix je le respecte  .
Et meme si la candidate ne me correspondait pas, je n'aurais pas pu imaginer voter Sarkozy........... et je n'avais pas d'autre choix moral que de voter pour elle et contre Nicolas Sarkozy.

marc d HERE 06/05/2007 22:32

Chère Dominique, c'est toujours un plaisir de débattre avec toi, raison pour laquelle d'ailleurs je t"avais demandé de pouvoir publier la correspondance que tu nous avait adressée....et avec laquelle je n'étais pourtant pas d'accord..
Deux trois points rapides:
Sarkozy a remporté une belle victoire, dans une élection marquée par une participation exceptionnelle et réjouissante qui prouve que ce que  l'on disait  sur la rejet de la politique n'était pas justifié....
Sarkozy a fait ce soir un très beau discours qui l'engage et que l'on ne peut mépriser... sauf à vouloir perpétuer une diabolisation inadmissible en démocratie
Je n'ai pas tant changé que ça, et les idées que je défendais dans les motions que je soutenais au PS, (il y a 2, ou 5ans...) sont bien proches de celles qui font l'axe de notre projet....Mais il se trouve que ce projet se retrouve davantage dans le projet de Sarkozy que dans celui de Royal......Vraiment, et il faudra discuter de cela, sur l'Etat, les services publics, les réformes, l'économie, l'entreprise, la lutte pour l'emploi, les retraites.......c'est à mon avis une évidence.....Et ne cherche pas plus loin mon choix et celui d'autres amis d'IES pour Sarkozy...C'est la plus grande proximité des projets.....Et c'est ce qui compte.
Quand à la droite et la gauche, je pense que ce n'est plus forcément aujourd'hui le clivage premier, même si cela reste un clivage important.....Le vrai clivage est entre les libéraux et les étatistes (ou les modernistes et les archaïques... ceux qui refusent la mondialisation et ceux qui veulent s'y inscrire) et ensuite à l'intérieur de ces deux camps il y a une gauche et une droite....Nous sommes des libéraux de gauche et nous nous retrouvions mieux dans le projet sarkozyste que dans celui de Ségolène....
Quand à Bayrou et le parti démocrate, qui vont représenter une partie du centre, mais, soyons en conscients, une partie seulement, évidemment qu'IES est très interessé....Et notamment quand j'entends ce soir Marielle de Sarnez dire " nous ne serons pas dans une opposition ou un soutien systématique ( cela va en déconcerter plus d'un!!!!) mais nous voulons dire au gouvernement c'est bien et on vous soutient quand ça le sera et c'est mal et on s'y oppose dans le cas contraire"....Alors là oui banco...Mais ce langage est à mille lieues de ce que dit le PS ou les anti sarkozystes de principe....
On reparle de tout cela.....N'oublie pas que l'on doit déjeuner ou dîner ensemble.....
 

jlg 06/05/2007 19:53

allez messieurs d'Héré, Jaulin, repassez les vestes, astiquez les souliers...en avant pour le bal...
pas de leçon de politesse STP avant de relire les commentaires de GJ où il est question de "queue basse", peu d'intervenants sur ce blog étaient descendus jusque là
j'attends avec impatience l'intervention de François Bayrou qui aura été le seul à nous faire rêver
adieu IES salut Mouvement Démocrate !