Réflexions sur un premier tour

Publié le par marc dHERE

Les résultats du premier tour et ce que j’ai vu de  la soirée électorale m’amènent à quelques rapides réflexions :

 -         Les Français ne rejettent pas la politique et les hommes politiques, comme on l’a dit pendant des années : ils rejetaient une certaine manière de faire de la politique et une certaine manière d’en parler. Ils rejetaient – à bon droit-  le duo Mitterrand Chirac et leurs successeurs directs, leur démagogie, leurs mensonges et leur incapacité à prendre en charge et à régler les problèmes…..Qu’arrive une nouvelle génération, qui manifeste une volonté de renouvellement des programmes et des  méthodes, un refus de la langue de bois et une plus grande proximité avec les citoyens et ceux-ci se reprennent à espérer……

-         Les sondeurs ne se sont pas trompés et depuis des mois ils annonçaient tous ce résultat….IPSOS notamment qui depuis un mois environ annonçait pour les quatre grands candidats, des scores très proches du résultat final….Pour le second tour, IPSOS annonce Sarkozy à 54% et Royal à 46%.....

-         Nicolas Sarkozy remporte une première victoire, avec plus de 31% des voix, ce qui est un score jamais atteint, me semble t-il par un candidat de sa famille politique, depuis plus de quarante ans. Il remporte une autre victoire, c’est d’avoir terriblement affaibli le Front National, ramené de près de 20%  à 10 % ……Il a permis – sans faire de concessions sur son programme-   à une grande partie des électeurs  de Le Pen de voter à nouveau républicain…..Qu’il en soit remercié et félicité.

-         François Bayrou ne réussit pas totalement son pari, puisque, malgré un très beau score, il  n’est pas présent au second tour, mais il affirme la présence du centre qui s’impose dans la vie politique française …..Sans doute détient-il une partie des clés du deuxième tour de la présidentielle, et de l’avenir, conservant la possibilité de bouleverser les choses lors des élections législatives, en faisant élire un nombre de députés incontournable pour toute majorité….

-         Ségolène Royal, après une mauvaise campagne, réussit un bon score, réunissant sur son nom des électeurs qui se veulent, malgré tout et en toute occasion, fidèles à la gauche…..Rien ne conduit à penser, que, sauf pour une petite frange, le vote Royal ait été un vote enthousiaste….

-         La campagne pour le second tour a commencé hier soir, et je ne suis pas persuadé que Royal l’ait bien commencée : intervenant très tard, trop longuement et  de manière un peu « décalée », elle n’a semble t-il pas su faire  les gestes ni dit les mots que l’on pouvait attendre et qui auraient montré qu’elle était prête, comme le souhaitaient des responsables tels Bernard Kouchner, à faire évoluer son projet et ses alliances pour s’engager dans une démarche positive avec le centre…..Attention la campagne sera courte, et il ne faudra pas perdre trop de temps…

-          A propos de ces alliances, quand je voyais l’un après l’autre, les représentants d’une gauche archaïque, en miette et rejetée par les électeurs (sauf Besancenot qui a fait une belle campagne), les Buffet, Voynet, Laguiller, Mamère, venir apporter, souvent seulement « pour faire barrage à la droite » leur « soutien » à Royal, je trouvais cela pitoyable, et je me demandais dans quelle mesure cela pouvait bénéficier à la candidate du PS….Peut-on croire une seconde qu’un renouvellement est possible avec de tel alliés, auxquels on peut ajouter les chevènementistes ?…..

 

Marc d’Héré

Commenter cet article

marc d HERE 25/04/2007 17:30

Mon cher Piotr,
Je te demande de bien vouloir lire, avec attention et sans préjugé, l'interview donné au  Monde  d'aujourd'hui daté de jeudi., par Nicolas Sarkozy.....Tu me diras ce que tu en penses, par rapport aux valeurs et aux objectifs d'IES......Je ferais le même exercice lors de l'interview de Ségolène Royal......
Bien entendu, je m'adresse à Piotr mais j'espère bien que nous serons nombreux à commenter ces deux interviews......
 

Piotr 25/04/2007 09:54

Mais bien sur, Arlette, le président d'Attac et Jean-Pierre Chevènement d'un coté, de l'autre Pasqua, Chirac, et des tas d'autres vieux représentants de l'immobilisme à la Française ... c'estça la démocratie et les deuxièmes tours ... Et c'est bien la preuve d'ailleurs que ce n'est pas le moment de parler programme... Mon choix se porte sur la capacité à faire évoluer les choses, à jouer de la crise pour les faire évoluer ou à masquer la crise. Ce dont parlait l'excellent article de Mc Shane (vraiment Marc, je me flatte d'être au rang de tes amis). Je connais le poids des conservatismes à droite comme à gauche. Il n'empêche, il y a des choses que je ne pardonne pas à Sarko, même sur certain points, il est parfois moins réac que Ségolène. Reste que sa remise en cause de la séparation des pouvoirs quand il était ministre de l'intérieur n'est pas la moindre de mes angoisses quand je m'apprête à le voir arriver à la magistrature suprême. Ce n'est vraiment pas d'un pouvoir fort dont la France a besoin en ce moment, mais d'une capacité à se remettre en cause. Tel est moins point de vue, plus que mon analyse .. Je ne vois pas ça chez Sarkozy.

marc d HERE 24/04/2007 16:58

 
Dommage que tu ne veuilles pas parler du programme, Piotr, ce n'est pas inintéressant.....Mais bon, on peut te comprendre....
Dans le cadre des forces de renouvellement sur lesquelles s'appuierait Ségolène, cette dépêche AFP:
L'ancienne direction de l'association altermondialiste Attac, dont l'ancien président Jacques Nikonoff, ont appelé, aujourd'hui, à voter Ségolène Royal au second tour de l'élection présidentielle. "Tout doit être tenté pour faire barrage à Nicolas Sarkozy, candidat du libéralisme le plus brutal", estime dans un communiqué l'ancienne direction, regroupée au sein du réseau "Avenir d'Attac".
(Avec AFP).

Eux non plus ne parlent pas programme.....
 

Piotr 24/04/2007 16:48

C'est du flan, contreflan, c'est pas toi c'est l'autre, mon candidat a un meilleur programme ... Allons, Charles, brisons là !
Je ne veux pas faire du programme contre-programme, ça m'emmerde et ça n'a pas de sens...
Je dis simplement que le renouvellement et l'ouverture de la société française passe par le renouvellement de la gauche, et que Sarkozy s'appuie sur des forces infiniment plus conservatrices, ce que Bayrou avait clairement mis en exergue... alors que si Ségolène Royal s'impose, elle sera, par force contrainte à une remise en question d'un cadre politique qui devra être à la hauteur de l'Europe...

Charles 24/04/2007 15:07

Piotr,

Qui a parlé du droit du travail, du nombre de fonctionnaires, de la fusion ANPE-Unedic..?

A l'inverse, quel "sujet qui fâche" Royal a-t-elle osé abordé?

Royal a par exemple simplement dit "améliorer l'autonomie des universités" : ça fait moderne...mais rien à l'intérieur.
A l'inverse, Sarko a donné beaucoup de précisions (qui d'ailleurs, a vu bon nombres de membres de la Conférence des professeurs des Universités le considérer comme le plus crédible au sujet de l'Université et de la recherche) dans son discours de Saclay et par la voix de Christian Blanc devant "Sauvons la recherche".

L'équilibre droits-devoirs de Royal c'est du flan, un slogan. Ses propositions de réforme n'ont AUCUN contenu. Regarde les programmes : chez Royal, c'est une litanie de nouveaux droits. Rien de moderne, rien d'équilibré.

Sarkozy a tracé des lignes d'action précises, hierarchisées. Royal, ce sont les vieilles recettes derrière des slogans.